Aller au contenu principal
Font Size

Elevage laitier aux Pays-Bas
Deux systèmes « extrêmes » à l´étude

La station de recherche de Lelystad aux Pays-Bas a comparé un élevage « bas coût » produisant 400 000 kg de lait et un élevage robotisé à l´extrême produisant 800 000 kg. Devinez qui a la meilleur revenu.


Trois mètres en dessous du niveau de la mer, des éoliennes, un terrain plat : on est dans la zone des polders au nord d´Amsterdam, à la station de recherche de Lelystad. Depuis 1997, y est menée une expérimentation peu ordinaire en production laitière, financée par l´interprofession : deux profils « extrêmes » d´élevage sont étudiés en conditions réelles. Un élevage « bas coût » avec un quota de 400 000 kg de lait produit par 46 vaches qui pâturent et sont logées dans une étable économique. Et un élevage « High tech » robotisé à l´extrême avec un quota de 800 000 kg de lait produit par 70 vaches à haut niveau de production ; elles sont traites par un robot, logées dans de grandes logettes sur caillebotis avec racleur automatique et DAC, et ne mettent jamais le nez dehors. Dans les deux cas, l´objectif des chercheurs est qu´une personne seule puisse assurer le travail, les travaux des champs étant entièrement délégués à une entreprise.
Ils se sont fixés également un objectif de coûts de production identique 0,34 euros/kg de lait (inclus la rémunération du capital et du travail (35 000 euros)).
©A. Conté

Une personne pour 400 ou 800 000 litres de lait
Après quatre années d´étude, l´objectif de travail (50 h par semaine consacrées aux animaux) est réalisé dans les deux systèmes. Les objectifs financiers ont été atteints dans le système bas coût, mais pas tout à fait dans le système « high tech » : « Nous n´arrivons pas à produire nos 800 000 litres de quota », explique M. Visch, responsable de l´étude. La fréquentation du robot n´est pas optimisée, et le niveau de production (9770 kg à 4,44 mg et 3,41 MA) est inférieur à nos prévisions (11 000 kg) malgré une quantité de 2500 kg de concentré par vache ».

Dans l´élevage « bas coût », on a cherché à réduire à la fois les charges opérationnelles et les coûts des installations. Le bâtiment est compact, ouvert sur un long pan, avec des logettes paillées (2,5 kg). Pas de DAC, le concentré est donné en salle de traite. « Son coût est inférieur de 25 % à celui d´une étable classique aux Pays-Bas », commente M. Visch. L´investissement total (y compris la dalle « synthétique » du silo, le stockage du lisier avec séparation de phase, la salle de traite 2x5 par l´arrière) s´élève à 3000 euros par vache (contre 5000 euros dans le système « high tech »). L´objectif est d´utiliser le maximum de fourrages(1), avec le maximum de pâturage. Le système nécessite tout de même 1600 kg de concentré pour une production de 8020 kg lait à 4,51 de MG et 3,3 de MA. La moitié du troupeau holstein actuel va être remplacé en juillet par des montbéliardes.
A noter que dans les deux systèmes, les normes minérales (Minas) ont été atteintes, « un peu plus difficilement dans le système "high tech" »(2).
©A. Conté

(1) 32 hectares dont 25 d´herbe et 6 de maïs dans le système bas coût.
(2) 35 hectares dont 13 de maïs dans le système high tech.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière