Aller au contenu principal

Effluents peu chargés
Deux solutions mécaniques d´épandage


La mise aux normes implique souvent de lourds investissements en matière de stockage des effluents. Pourtant des solutions existent pour réduire le volume de la fosse à lisier. Elles consistent en un traitement primaire des effluents peu chargés en matière polluante (eaux blanches, vertes et brunes et lixiviats de fumière découverte). L´éleveur a alors le choix entre quatre dispositifs : filtre à paille, bassin de sédimentation, bassin tampon de sédimentation ou fosse de stockage et de sédimentation. L´épandage peut ensuite être effectué sur prairie toute l´année y compris en hiver. Cet épandage peut être mécanisé ou réalisé avec un tuyau perforé. La technique des tuyaux perforés à déplacer manuellement est à réserver à des situations où les volumes à épandre sont limités. L´épandage mécanisé permet de traiter des volumes plus importants. La couverture intégrale et le système traîneau sont deux techniques d´épandage mécanisé.
Un système économique : la couverture intégrale
Les eaux peu chargées sont épandues avec un dispositif issu de la technologie de l´irrigation en maraîchage. La couverture intégrale est assurée par une rampe qui est déplacée après chaque période d´arrosage. Cette rampe est constituée de tuyaux légers de 6 mètres qui s´emboitent et de sprinklers espacés de 18 mètres. Chaque sprinkler possède une buse au sommet d´un mât qui débite 1,8 m3/h à 1 bar. Il faut 20 minutes pour déplacer de 24 mètres un réseau avec 8 sprinklers. La surface couverte par l´installation est de 34 ares. La présence d´un filtre est indispensable car les grains de maïs ne passent pas dans la buse. Le coût d´une installation avec 30 tuyaux, 8 sprinkler, 700 mètres de réseau enterré et une pompe électrique immergée 5,5 kW (15 m3 à 3,6 bar) s´élève à 5700 euros.
Le système traîneau, pour moins de risques de bouchage
Il consiste en un petit arroseur autonome monté sur un traîneau et fonctionnant à basse pression. La pression fait tourner le bras équipé d´une buse à chaque extrémité. La rotation du bras entraîne l´enroulement d´un cable qui fait avancer le traîneau. Le réseau de surface est constitué de deux tuyaux souples de 100 mètres. Le déplacement sur les 200 mètres peut durer de 4 à 20 heures. La largeur d´épandage atteint 20 mètres, soit 40 ares couverts par position. Les deux buses débitent 4 à 6 m3/h à 2 bars. Le changement de position du traîneau demande 15 minutes. L´installation est plus coûteuse que la précédente : 8700 euros pour 700 mètres de réseau enterré et une pompe électrique à colimaçon à 5,5 kW (10 m3 à amorçage automatique). La pompe à colimaçon a une pression de travail plus importante mais elle coûte deux à trois fois plus cher qu´une pompe immergée. Elle ne tolère pas de tourner à sec et elle est sensible aux impuretés. Les risques de bouchage sont moins élevés avec l´asperseur à traîneau qu´avec les sprinklers.
Système traîneau : la pompe s´arrête automatiquement quand l´asperseur arrive en bout de parcelle. ©S. Roupnel

Epandage agronomique : pas n´importe quand...
L´épandage des effluents peu chargés n´est autorisé que sur des sols favorables.
Il faut donc éviter d´épandre quand il pleut (plus de 1 mm) et respecter le temps de ressuyage des parcelles. Les sols ne doivent pas non plus être gelés ou couverts de neige (plus de 5 cm).
Hors période de pâturage (de novembre à mars), les quantités d´azote ammoniacal ne doivent pas dépasser 65 kg/ha dont 20 kg maximum du 15 novembre au 15 janvier. L´épandage mécanisé doit respecter quelques règles supplémentaires. Ainsi, la pression à la buse ne doit pas excéder 2 bars pour éviter la formation de brouillards, et la hauteur maximale du canon doit être inférieure à 1,5 m.
Mise en garde
Pour éviter les bouchages, il est préférable de ne pas pomper les fonds de fosse et de positionner le tuyau à aspiration dans une buse ou tout autre ouvrage limitant la présence de débris en suspension.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière