Aller au contenu principal

Deux régions ont retourné trop de prairies permanentes

Dans les Hauts-de-France et en Normandie, certains exploitants risquent une réduction de leur paiement vert. Et vont devoir restaurer une partie des prairies permanentes.

Les Hauts-de-France et la Normandie n’ont pas respecté leur obligation de maintien des prairies permanentes au niveau régional en 2016. Or, c’est l’un des trois critères d’accès au paiement vert de la PAC.
En Normandie, le ratio annuel de prairies permanentes s’est dégradé de 3,06 % par rapport au ratio de référence, calculé à partir des données de l’année 2012. La dégradation se révélant supérieure à 2,5 %, un dispositif d’autorisation préalable à la conversion est mis en place. Il s’applique pour les prairies permanentes retournées après le 15 juin 2016. Les exploitants doivent remplir un formulaire (disponible sur TéléPAC) et déposer leur demande d’autorisation en DDTM d’ici le 2 janvier 2017. Ils sauront avant le 28 février 2017 si celle-ci est acceptée ou non. Dans le premier cas, l’agriculteur pourra convertir sa prairie permanente, et dans le cas contraire, « il devra, pour la campagne 2017 déclarer sa surface en prairie permanente, c’est-à-dire avoir un couvert herbacé sur la parcelle considérée », précise le ministère. Cela suppose donc une réimplantation dès que possible. Sans quoi, il s’expose à une réfaction de son paiement direct.

Réduction du paiement vert en cas de non-respect

Pour les Hauts-de-France, le dispositif se montre plus contraignant car le ratio annuel s’est dégradé de plus de 5 % (- 6,62 %). « L’objectif est de ramener le ratio au deçà 5 % : l’objectif est fixé à 4 % afin de repasser en régime d’autorisation les années suivantes », indique le ministère. Concrètement, tout retournement de prairie permanente se voit interdit sur la campagne en cours et les exploitants qui ont converti des prairies permanentes sur les deux dernières campagnes (entre le 16 juin 2014 et le 15 juin 2016) devront en réimplanter une partie. « Ces obligations de reconversion seront notifiées aux agriculteurs avant le 31 décembre 2016 ». Les exploitants concernés devront soit implanter une nouvelle surface en herbe et la déclarer en prairie permanente dès 2017 (et pour les cinq prochaines campagnes). Soit désigner une surface en prairie temporaire existante en 2016 et maintenir le couvert pendant cinq années révolues. En cas de non-respect, "une réfaction du paiement vert sera opérée et, si la surface en anomalie excède 3 % de la surface de l’exploitation (hors surface en anomalie) ou 2 hectares, une sanction sera également appliquée".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
Matthias Frei, éleveur en Gaec dans les Vosges
"A cause des sécheresses, nous élevons moins d'animaux"
Matthias Frei, en Gaec dans les Vosges avec des vaches laitières et allaitantes, témoigne d'un été qui pénalise encore les…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière