Aller au contenu principal

Deux lancements de glaces bios fermières sous marque collective

La Mémère, le projet d'Arnaud Montebourg, et le réseau Invitation à la ferme, lancent leur glace bio fabriquée à la ferme et équitable.

La Compagnie laitière des glaces paysannes détient la marque et porte une partie de l'outil de transformation

Les premiers pots de glace La Mémère devraient s'installer dans les rayons de Monoprix à partir du 1er avril, selon différents articles de presse. Ce sont des glaces bios, fabriquées à la ferme, et qui se veulent "équitables". La marque est détenue par la Compagnie laitière des glaces paysannes, une SAS créée par Arnaud Montebourg. L'intérêt est que l'éleveur qui veut fabriquer ces glaces n'a pas à financer toute l'installation de transformation à la ferme et qu'il n'a pas à s'occuper ni du marketing ni de la partie commerciale. Il créé avec la Compagnie laitière des glaces paysannes une entreprise de transformation de glaces (capital de 10 000 euros), détenue à 51% par lui et 49% par la SAS. L'outil de transformation achète son lait 0,80 €/l. La Compagnie laitière des glaces paysannes finance l'installation sur l'exploitation d'un local pour la fabrication des glaces et d'un stockage froid. Elle s'occupe aussi de la commercialisation dans la grande distribution. Et elle assure la formation de l'éleveur à la fabrication des glaces avec un Meilleur ouvrier de France. Pour l'heure, une exploitation en Ille-et-Vilaine est la première ferme à s'être lancée dans le projet.

Invitation à la ferme, une marque de producteurs

Le 11 février, le réseau Invitation à la ferme a annoncé se lancer dans les glaces, après les yaourts et les fromages. Les produits de la marque Invitation à la ferme sont bios, transformés sur la ferme qui produit le lait, et commercialisés en local (80 km autour de la ferme). Le cahier des charges du réseau va au-delà du règlement européen bio (+70% d'herbe dans la ration, + de 7 mois dans les prés...). A la différence de La Mémère, ici chaque producteur engagé est propriétaire de tout.

Les plus lus

Franck, 34 ans, et Maud, 36 ans, et leurs trois enfants, Arthur, Hugo et Margaux, fin février. « Notre système nous permet d’avoir beaucoup de temps de pauses dans ...
« Notre élevage laitier dégage 80 000 € de revenu pour 40 heures de travail hebdomadaires »
Dans les Côtes-d’Armor, Franck Le Breton et Maud Cloarec ont opéré un virage à 180 degrés. Ils produisent désormais, en système…
Alann Jezequel, en thèse à Moorepark (Teagasc) en Irlande, devant une pâture.
« Produire 13 tonnes de matière sèche par hectare d’herbe avec deux fois moins d’azote »

« L’Irlande explore la piste des prairies multiespèces pour produire jusqu’à 13 tonnes de matière…

président-directeur général de Lactalis, Emmanuel Besnier
Emmanuel Besnier, Lactalis : "Le prix du lait 2023 sera au moins au niveau de 2022"
À l’occasion de la présentation des chiffres annuels du groupe en Italie, le président-directeur général de Lactalis, Emmanuel…
Jérôme Tondeux . « Quoiqu’il arrive , je sais ce que la traite me coûte. »
Traite : « Je loue mes deux robots en formule tout compris »
En Ille-et-Vilaine, Jérôme et Cécile Tondeux louent deux robots Lely A3 d’occasion pour produire 900 000 litres de lait. Le…
sorgho monocoupe BMR champ de sorgho
Êtes-vous prêts à cultiver du sorgho fourrager monocoupe ensilage ?
Avec des atouts face au changement climatique, une richesse en énergie, une complémentarité avec l’ensilage de maïs, le sorgho…
Prairies Vosges éleveur
Prairies : « Je cultive le trèfle en pur »
En recherche d’autonomie protéique, Claude Thomas, dans les Vosges, mise sur le trèfle et une gestion millimétrée de ses prairies…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière