Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des vieux smartphones font office de caméras

Dans la Manche, Luc Roger a recyclé des smartphones en caméras de surveillance des vêlages. Il a reçu le premier prix du concours Trucs et Astuces d’agriculteurs de Normandie 2019 (1).

(1) Organisé par les chambres d’agriculture de Normandie en partenariat avec Agrial, la MSA et les services de remplacement. Une vidéo est disponible sur le site de la chambre régionale.

1

fute 239 caméra

Habitant à 5 kilomètres de l’exploitation, Luc Roger a installé trois smartphones au-dessus des box de vêlages pour leur surveillance (120 à 130 par an). Un quatrième a été installé à l’extérieur pour surveiller les vêlages d’été dans un paddock. « J’avais demandé un devis pour installer des caméras mais cela coûtait trop cher. Mon système me permet de surveiller mes vaches même depuis mon tracteur. »

 

 

 

fixation samrtphone futé 239

Les smartphones sont fixés sur des poteaux à l’aide de support de téléphones portables pour voiture. Seul bémol, ils ne peuvent pas pivoter.

Les smartphones étant reliés au réseau électrique, leur batterie se recharge en continu.

 

 

3

Luc Roger futé caméra 2019 le logiciel

L’application At home caméra a été installée sur chaque smartphone (possible d’en connecter jusqu’à 9). Le logiciel se télécharge gratuitement sur internet. Luc Roger a également installé gratuitement le programme At home vidéo streamer sur son portable et son smartphone pour visualiser les vidéos en cliquant sur la caméra voulue.

 

 

 

 

4

photo caméra futé smartphone rla 339

Le logiciel permet aussi de prendre des photos.

 

 

 

5

rla 339 futé  smartphone répéteur

Afin d’avoir une connexion internet, l’éleveur a installé un répéteur wifi dans l’atelier de la ferme. Branché sur une prise électrique, le répéteur fournit de la wifi sans problème sur une distance de 30 à 40 mètres voire jusqu’à 100 mètres selon Luc Roger. « Une connexion à partir d’une clé 4 G était également possible pour environ 10 euros par mois. »

Côté éco

40 euros pour trois anciens portables
30 euros pour trois supports de téléphone
30 euros pour un répéteur wifi
Applications gratuites (certaines options sont payantes mais inutiles pour la surveillance)
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Désinfection et vide sanitaire s'imposent contre la cryptosporidiose
Principale cause de diarrhées néonatales chez le veau, la cryptosporidiose nécessite la mise en place de mesures de biosécurité…
Vignette
Des bâtiments semi-couverts compacts et économes
Constitués de modules indépendants à structure bois, les bâtiments Stabeco fonctionnent techniquement très bien. Pour un coût…
Vignette
Mobilisation collective dans l’Ouest autour du bien-être animal
L’association Lit Ouesterel proposera d’ici la fin de l’année un référentiel pour l’élevage, le transport et l’abattage.
Vignette
[VIDEO] Beau succès au clip des 300&bio d’Eurial
Opération communication réussie pour les producteurs de lait bio de la coopérative Eurial avec 8,5 millions de vues avec leur…
Vignette
Chambres d'agriculture: le gouvernement fait marche arrière
Le gouvernement proposera la suppression des dispositions relatives aux chambres d'agriculture dans le projet de loi de finances…
Vignette
" J’utilise un herbomètre connecté "

« Quand je me suis installé en 2011, nous ensilions 40 ha de maïs. Cela nous coûtait 24 000 € par an…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière