Aller au contenu principal
Font Size

Des trésoreries nettes quasi nulles

Le réseau Cerfrance Bretagne a analysé les résultats de gestion de 449 exploitations laitières spécialisées clôturant en août septembre 2016.

Ces exploitations produisent en moyenne 450 000 litres avec 1,6 UTH familiale et une surface de 77 ha dont 20 ha de céréales. « La baisse du prix du lait fait plonger le résultat juste sous la barre des 10 000 €/UTH familiale, commente Luc Mangelinck du Cerfrance Brocéliande. Le prix du lait chute de 35 € pour se situer à 297 €/1 000 litres face à un prix d’équilibre à 343 €/1 000 litres (1). L’impact de la crise est un peu atténué par la baisse des charges de structure (MSA, carburants, entretien…) de - 15 €/1 000 litres et une amélioration du coût alimentaire de - 11 €/1 000 litres. En revanche la forte dégradation des marges en céréales sur la récolte 2016 (- 271 €) contribue à la chute du revenu. L’EBE dégringole à 121 €/1 000 litres. Sans les aides (16 600 €/UMO familiale), le produit ne couvrirait pas les charges.

Un point d’équilibre à 343 €/1 000 litres

Quant à la trésorerie, elle se dégrade de 7 000 € conduisant à une trésorerie nette globale de 2 500 € proche de zéro. « C’est en mai juin que les trésoreries sont au plus bas en élevage laitier, avec les avances en terre », souligne-t-il. La dégradation des résultats devrait se poursuivre sur les clôtures de fin d’année. Les élevages de taille plus importante (550 000 à 1,3 million de litres) s’en sortent un tout petit mieux que la moyenne avec un point d’équilibre à 331 €/1 000 litres. « Cela s’explique essentiellement par la productivité du travail un peu supérieure : 291 000 litres vendus par UTH totale contre 251 000 litres. »

Cerfrance a par ailleurs regardé les résultats des exploitations du quart supérieur parmi un groupe d’exploitations homogènes vendant 300 000 à 550 000 litres de lait. Leur point d’équilibre se situe à 311 €/1 000 litres avec un résultat de 22 000 €/UTH familiale (contre 343 €/1 000 l et 10 000 €/UTH familiale). Mais « pour être dans le quart supérieur, il faut être très bon techniquement, avoir peu investi ou avoir amorti. Ce n’est pas jouable pour tout le monde : tout dépend à quel moment de sa carrière on se situe. »

(1) Avec un prélèvement privé forfaitaire de 23 900 €/UTH familiale.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière