Aller au contenu principal

Des technologies de petite méthanisation à l’étude

Avec moins de 75 kWe de puissance installée, la petite méthanisation suscite l’intérêt en France. Mais l’offre en est encore aux balbutiements.

© Min.Agri.Fr

En France, les quelques entreprises qui proposent des technologies de petite méthanisation à la ferme (moins de 75 kWe de puissance installée) en sont à leurs débuts. Des prototypes existent, une offre émerge, mais très peu d’unités sont sorties de terre. Avec si peu de recul, comment se faire une idée de la performance technique et économique de ces technologies ? C’est tout l’enjeu de l’étude conduite par l’Ademe sur sept technologies de petite méthanisation. Les mises en service des sites étudiés étaient prévues sur l’année 2013. Le suivi est effectué durant douze mois de fonctionnement.

Les premiers résultats seront délivrés pour l’été 2014


Les premiers résultats sont donc attendus à partir de l’été 2014. Tant que les résultats de l’étude de l’Ademe ne sont pas sortis, les projets utilisant les technologies étudiées rencontrent des difficultés pour bénéficier de subventions.
Il manque à l’appel Bio4gas, de Bert, et la technologie développée par Agréole développement.
« L’intérêt de cette étude est qu’elle concerne différents types de procédés, pour des systèmes lisier ou fumier, ou les deux ensemble », souligne Jérémie Priarollo, de Solagro. « Se lancer dans la méthanisation reste risqué, même dans la petite méthanisation. Le coût ramené au kWe reste encore trop élevé aujourd’hui. La recherche et développement s’attachent à développer des process simples et robustes, qui pourront être standardisés, pour faire baisser le coût d’investissement et de fonctionnement. L’aspect temps de travail (portage du projet, suivi de l’installation, maintenance) ne doit pas être négligé. Si j’étais porteur de projet, avant de m’engager sur un petit projet individuel, je prendrais le temps de bien comparer cette approche avec une démarche en petit collectif : se regrouper avec des voisins pour partager le financement, le risque, le temps de travail peut s’avérer judicieux ; même si les projets collectifs ont l’inconvénient d’être plus longs à conduire. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière