Aller au contenu principal

Des technologies de petite méthanisation à l’étude

Avec moins de 75 kWe de puissance installée, la petite méthanisation suscite l’intérêt en France. Mais l’offre en est encore aux balbutiements.

© Min.Agri.Fr

En France, les quelques entreprises qui proposent des technologies de petite méthanisation à la ferme (moins de 75 kWe de puissance installée) en sont à leurs débuts. Des prototypes existent, une offre émerge, mais très peu d’unités sont sorties de terre. Avec si peu de recul, comment se faire une idée de la performance technique et économique de ces technologies ? C’est tout l’enjeu de l’étude conduite par l’Ademe sur sept technologies de petite méthanisation. Les mises en service des sites étudiés étaient prévues sur l’année 2013. Le suivi est effectué durant douze mois de fonctionnement.

Les premiers résultats seront délivrés pour l’été 2014


Les premiers résultats sont donc attendus à partir de l’été 2014. Tant que les résultats de l’étude de l’Ademe ne sont pas sortis, les projets utilisant les technologies étudiées rencontrent des difficultés pour bénéficier de subventions.
Il manque à l’appel Bio4gas, de Bert, et la technologie développée par Agréole développement.
« L’intérêt de cette étude est qu’elle concerne différents types de procédés, pour des systèmes lisier ou fumier, ou les deux ensemble », souligne Jérémie Priarollo, de Solagro. « Se lancer dans la méthanisation reste risqué, même dans la petite méthanisation. Le coût ramené au kWe reste encore trop élevé aujourd’hui. La recherche et développement s’attachent à développer des process simples et robustes, qui pourront être standardisés, pour faire baisser le coût d’investissement et de fonctionnement. L’aspect temps de travail (portage du projet, suivi de l’installation, maintenance) ne doit pas être négligé. Si j’étais porteur de projet, avant de m’engager sur un petit projet individuel, je prendrais le temps de bien comparer cette approche avec une démarche en petit collectif : se regrouper avec des voisins pour partager le financement, le risque, le temps de travail peut s’avérer judicieux ; même si les projets collectifs ont l’inconvénient d’être plus longs à conduire. »

Les plus lus

Eleveur veau moins de quinze jours niche individuelle
Veaux laitiers : « Je ne connais ni les diarrhées ni les problèmes pulmonaires »

À la SCEA des vertes prairies, en Seine-Maritime, Nicolas Banville concentre ses efforts sur la préparation au vêlage et la…

Pièce de monnaie
Prix du lait : Sodiaal payera 485 €/1 000 l pour 2023 en conventionnel

En conférence de presse le 4 avril, Damien Lacombe, président de Sodiaal, a annoncé 14,4€/1000 litres de ristournes pour les…

Deux stalles de robot de traite GEA
Robot ou salle de traite, les indicateurs à calculer pour bien choisir

Les tensions sur la main-d’œuvre poussent de nombreux éleveurs à sauter le pas des robots de traite. Pourtant le retour sur…

Éleveuse veaux pouponnière
« J’utilise zéro antibiotique pour élever mes veaux laitiers »

Dans les Côtes-d’Armor, le Gaec Restquelen enregistre 3,3 % de mortalité périnatale sur les quatorze derniers mois. Les…

veaux en igloo individuel
Les bons gestes pour des veaux laitiers en pleine forme dès la naissance

Il n’y a pas une seule et unique recette pour élever un veau. Ce qui est sûr, c’est que les premiers jours sont déterminants…

Yohann Barbe, président de la FNPL élu le 8 avril 2024
Yohann Barbe, nouveau président de la FNPL : « Nous ne devons plus perdre ni litre de lait, ni actif pour le produire »

Yohann Barbe, éleveur dans les Vosges, a été élu président de la FNPL le 9 avril. Il livre sa feuille de route à Réussir Lait…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière