Aller au contenu principal
Font Size

Vus en Belgique, Allemagne, Danemark
Des robots de traite mobiles

Vous avez rêvé d’un robot pour que les vaches puissent pâturer sans revenir au bâtiment ? Des éleveurs pionniers ont aménagé leur robot pour pouvoir l’emmener aux champs.

LA REMORQUE ACCUEILLANT LE ROBOT
BELGE et tout ce qui l’accompagne
ressemble à un mobile-home.
Elle repose sur le sol en position
traite. Une autre remorque,
ressemblant à une barraque
de chantier, accueille le tank.
LA REMORQUE ACCUEILLANT LE ROBOT
BELGE et tout ce qui l’accompagne
ressemble à un mobile-home.
Elle repose sur le sol en position
traite. Une autre remorque,
ressemblant à une barraque
de chantier, accueille le tank.
© T. Hétreau

En France, on ne trouve pas de robot doté d’une mobilité. Certains éleveurs se sont dit que, à l’image des anciennes salles de traites déplaçables utilisées à la belle saison par des éleveurs trayant loin de la ferme, on pourrait déplacer le robot au milieu des champs à poste fixe pendant la saison de pâturage.

Parmi ces éleveurs figurent les responsables de la ferme de l’Université de Liège, en Belgique, dont dépend la Faculté de médecine vétérinaire. Cette exploitation belge était dotée à la fois d’un ancien système de traite au pâturage, et d’une salle de traite tandem qui devenait obsolète. « La question s’est donc posée récemment, à l’occasion du renouvellement des équipements, du choix du nouveau système, explique Isabelle Dufrasne, responsable de l’exploitation. Nous tenions à conserver le pâturage – 40 ares par vache - mais une route à forte circulation sépare le bloc des parcelles pâturables de la stabulation. »

Pas question de la traverser deux fois par jour, et encore moins plusieurs fois avec des vaches qui reviendraient seules à la traite. « Et en tant que ferme à visée expérimentale, nous tenions à être innovants. »

Une remorque pour le tank, une autre pour le robot

La conjonction de la proximité d’un fabricant reconnu de remorques, intéressé de surcroît par le challenge d’un prototype, et d’une concession d’une grande marque, elle aussi prête à relever le défi, a permis au projet d’aboutir, même si le chemin n’a pas été facile.

La première difficulté à contourner a été le manque de références, qui oblige à établir à partir de presque rien un cahier des charges. Une seule exploitation, qui avait elle franchi le premier pas (voir page 126) a été visitée, non loin de là, de l’autre côté de la frontière allemande.

Il fallait allier solidité (pour supporter la charge du robot sans déformation de la structure lors des déplacements), mobilité (en limitant les dimensions pour circuler sur les routes), et économie (pour ne pas se doter d’un outil hors de prix).

Aujourd’hui, deux remorques sont opérationnelles, l’une pour le tank de 5 000 litres, l’autre pour accueillir le robot et tout ce qui l’accompagne. La première ressemble à une baraque de chantier neuve (2,5m de large, 2,9 m de haut et 4m de long hors timon), perchée sur les roues, avec le groupe froid à l’extérieur. La deuxième, celle qui a demandé le plus de réflexion et d’aménagements, est plus sophistiquée. Plus longue que la première (7 m), de la même largeur (pour circuler facilement), elle ressemble plus à un mobil-home car elle repose au sol en position de traite, grâce à un essieu hydraulique, à l’image d’une bétaillère qui doit charger des animaux.

Une plateforme d’accueil avec un système de récupération des effluents

Pas de marche ni de rampe d’accès à franchir pour les animaux qui vont à la traite, juste un seuil d’une vingtaine de centimètres. Le bâti en inox et la taille des sections sont les garants d’un bon vieillissement. Le tout est fonctionnel, avec des astuces comme ce volet roulant pour accéder latéralement au robot. Le deuxième problème rencontré était l’accueil du dispositif au milieu de la pâture.

Les contraintes sont faciles à imaginer. En amont, il a fallu installer un branchement pour l’eau et l’électricité, qui heureusement existait non loin de là, et n’a pas grevé les coûts. En aval, les effluents sont d’abord collectés dans une petite fosse disposée sous le robot, d’une capacité de 2,4 m3, puis repris dans une poche souple de 20m3.

Il a fallu construire au sol deux plateformes d’accueil, l’une pour le robot et l’autre pour la cellule à concentrés; et autour du robot, 80 m2 de caillebotis ont été disposés sur un lit de cailloux, lui-même posé sur un géotextile, afin de consolider les zones de piétinement. Un chemin qui mène à une parcelle plus éloignée a été aménagé à moindre coût avec principalement un lit de copeaux de bois.

Installer un branchement pour l’eau et l’électricité

Solution d’avenir ou pas, telle est la question. Le contexte économique dictera sa loi : le pâturage s’il abaisse le coût de production, le lait produit en bio s’il augmente le prix payé, la remorque si elle est produite en plus grande série ou si elle permet de réduire les modifications des bâtiments, sont autant de variables à suivre. Le besoin de références a conduit la France, dans le cadre du Casdar « Traite robotisée et pâturage », à suivre de près les expériences actuelles et futures.

Au Danemark, en Allemagne: d’autres prototypes de robots déplaçables

La remorque danoise, mise au point avec l’aide de la société Christensen, intègre tous les éléments dans un seul bloc semblable à un container. Tout y est parfaitement intégré, à la manière d’un camping-car aménagé dans les moindres détails pour tout caser : on y trouve même la cellule à concentré, un système de refroidissement du lait… et un petit lavabo. Le bras robotisé permettant de traire sur deux postes, le robot est positionné au centre de la remorque et les vaches peuvent accéder des deux côtés s’il faut traire plus de vaches à l’heure. Un prototype est monté sur roues fixes, l’autre sur roues externes avec des vérins qui permettent d’abaisser la caisse au niveau du sol.

Le système vu en Allemagne ressemble aux précédents, la cellule à concentrés en moins. Imaginez un grand container qui s’accole au bâtiment par la grande longueur en position hiver ; il suffit de lui adjoindre un silo vertical déplaçable pour que le système soit complet. Ce module sans roues doit être levé par des vérins extérieurs avant qu’une remorque, de type char à paille consolidé, ne vienne se glisser dessous, le temps du déplacement.

Les trois propriétaires rencontrés sont tous engagés dans un élevage biologique, et fermement attachés au pâturage. Les contraintes du foncier, avec des blocs de parcelles éloignées du corps de ferme, ont poussé les exploitants à trouver d’autres solutions. Le robot ne s’oppose à l’esprit de l’élevage bio que dans la mesure où il confine les vaches. Les consommateurs sont apparemment plus hostiles aux vaches enfermées qu’au robot.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière