Aller au contenu principal

Les revenus 2018 des exploitations laitières sont pénalisés par la hausse des charges

D’après les estimations réalisées sur les fermes des réseaux d’élevage Inosys, presque tous les systèmes étudiés par l’institut de l’élevage voient leur revenu baisser entre 2017 et 2018.

Après une hausse généralisée en 2016 et 2017, les revenus ont à nouveau baissé en 2018. C’est du côté des charges qu’on trouve la cause essentielle de cette inflexion. Elles sont en très nette hausse par rapport à 2017 pour deux raisons. La première est conjoncturelle, avec un Ipampa lait de vache (indice des prix d’achat des moyens de production) qui est en nette hausse en 2018, avec +3,7 %. La deuxième raison est liée à la sécheresse de l’été-automne (et au printemps tardif et humide). Celle-ci a conduit de nombreux élevages à entamer dès l’été les stocks hivernaux et à faire des achats coûteux pour éviter la décapitalisation des cheptels. Le prix du lait n’a en revanche pas eu d’impact majeur. La hausse ne devrait pas dépasser 4€/1 000 l pour le lait conventionnel dans les zones de plaine et le Massif central, avec au final un prix payé très légèrement inférieur à 350 €/1 000 l. Elle devrait être limitée à 4 à 10 €/1 000 l en Savoies et Franche-Comté.  

gestion

Excepté pour les systèmes de polyculture-élevage

Chez les laitiers spécialisés de plaine, la faible augmentation du produit lait ne compense pas la hausse des charges, générant une baisse de revenu(1) de 1 800 €/UMOex (UMO exploitant). Le revenu reste toutefois comparable aux valeurs les plus élevées des dix dernières années. On note une légère hausse du volume moyen livré (+0,5 %), avec des variations régionales sensibles: +2 à +5 % dans le Grand Ouest alors que le Grand Est baisse (-1 à -2 %) et que le Sud-Ouest chute encore plus fortement. Le revenu des laitiers de plaine mixtes bovins viande baisse davantage (-3 500 €/UMOex) tout en restant supérieur de 4 000€/UMOex à la moyenne des dix dernières années. La conjoncture de la viande bovine n’a pas connu d’amélioration en 2018 : les légères hausses de prix des jeunes bovins et des broutards n’ont pas compensé la baisse des prix de vente des femelles et la baisse des aides. Seuls les systèmes de polyculture-élevage voient leur revenu progresser de 3 100 €/UMOex grâce aux prix de vente des céréales.

Les systèmes laitiers des montagnes et piémonts du Sud payent un lourd tribut à la hausse des charges et à la sécheresse (-6 100 €/UMOex). Tandis que les revenus des systèmes de l’Est se tassent légèrement par rapport à 2017, qui avait été une excellente année fourragère (-500 €/UMOex). Ceci malgré la progression du prix du lait et des aides, du fait de la volonté de maintenir coûte que coûte la croissance des livraisons au prix d'approvisionnements complémentaires.

(1) Résultat courant : prend en compte les amortissements, les frais financiers et une évaluation des cotisations sociales calculées sur la moyenne triennale.

Les bios sont les plus impactés

Les systèmes bio de plaine voient leur revenu chuter de 8 900 €/UMOex en lien avec des achats de fourrages particulièrement coûteux. Mais, sur le long terme, leurs résultats restent supérieurs à ceux des exploitations conventionnelles. Les écarts entre exploitations bio sont particulièrement importants ; ils sont liés au volume de lait livré par UMO exploitant et aux charges de mécanisation. Le prix du lait bio connaît un léger recul (-2 €/1 000 l).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Monnaie
Prix du lait : la grande distribution annonce plusieurs accords tarifaires 2021
A 385 ou 386 euros les 1000 litres, toutes primes confondues : c'est le prix du lait que Lidl, Carrefour et Système U annoncent…
Imposante structure de 25 m de haut et de 6,10 m de diamètre, le silo tour date de 1978. © B. Griffoul
"Notre ensilage d'herbe est stocké en silo tour"
Dans le Cantal, le Gaec de la Chevade dispose d'un silo tour de 800 m3 pour stocker l'ensilage d'herbe. Ce système permet aux…
Évolution des résultats courants par UMO exploitant des systèmes bovins lait279 exploitations des réseaux d’élevage Inosys © Source : GEB-Institut de ...
Des estimations de revenus 2020 en baisse dans tous les systèmes laitiers des réseaux d'élevage
D’après les estimations réalisées sur les fermes laitières des réseaux d’élevage Inosys, le revenu baisse de 500 à 10 800 euros…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière