Aller au contenu principal

Des résultats pénalisés par les charges

Sur la campagne 2013-2014, les résultats économiques restent en dessous des attentes que pouvait laisser espérer l’amélioration du prix du lait.

© Xpertia

Cogedis-Fideor annonce pour l’exercice 2013-2014 un EBE en moyenne à 165 euros pour 1000 litres pour 1 200 exploitations laitières spécialisées de l’Ouest. L’EBE perd 8 euros pour 1000 litres par rapport à la campagne précédente, malgré la progression du prix du lait (355,50 €/ 1 000 l soit +16 €).

En cause, le coût de production qui s’affiche à des niveaux jamais atteints avec un record à 337 euros pour 1 000 litres (méthode Cogedis) : il affiche une hausse de plus de 5 % par rapport à l’an passé soit 17 euros pour 1000 litres. « Sur les deux dernières années, les charges opérationnellles liés aux intrants augmentent de 14 % (+79 €t sur l’aliment!). Et la progression des charges de structure est de 10 %, ce qui traduit le démarrage d’un nouveau cycle d’investissement (en bâtiment, matériel de traite) », souligne Guy Lemercier, de Cogedis-Fideor.

La détente sur les matières premières de l’alimentation animale, amorcée depuis le début de l’année, devrait toutefois se poursuivre. Pour l’exercice 2013-2014, l’étau prix/charges ne s’est donc pas desserré suffisamment pour permettre l’amélioration notable des critères financiers.

Après avoir couvert les remboursements d’emprunts et les prélèvements privés, il ne reste que 9 euros d’autofinancement disponible, soit une enveloppe moyenne de 4 000 euros.

L’écart d’EBE entre exploitations est considérable : il atteint 90 euros pour 1000 litres entre le groupe des 20 % EBE les plus hauts et le groupe des 20% EBE les plus bas. « Les meilleurs sont meilleurs sur tous les postes », souligne Guy Lemercier (voir graphique). Si le produit est le poste sur lequel il y a le moins d’écart, la maîtrise de la qualité du lait reste l’élément clé pour l’améliorer. Citons parmi les autres pistes à travailler : les charges à l’hectare de maïs, la valorisation du concentré, le coût du renouvellement (près de deux fois plus élevé dans le groupe « bas »), le coût du matériel

Peu de marge pour reconstituer de la trésorerie

La taille des exploitations spécialisées n’a cessé de croître depuis dix ans. Les exploitations de l’échantillon ont en moyenne 59 vaches pour 74 hectares de SAU avec une référence de 409 000 litres ; elles avaient, il y a dix ans, 43 vaches pour une référence de 270 000 litres. Face à cet agrandissement, la main-d’oeuvre stagne à 1,81 UTH : la productivité du travail n’a cessé d’augmenter. Au cours des quatre dernières campagnes, chaque UTH a produit en moyenne 5 000 litres de lait de plus par an.

RÉSULTATS FINANCIERS DES EXPLOITATIONS SPÉCIALISEÉES LAIT

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
Matthias Frei, éleveur en Gaec dans les Vosges
"A cause des sécheresses, nous élevons moins d'animaux"
Matthias Frei, en Gaec dans les Vosges avec des vaches laitières et allaitantes, témoigne d'un été qui pénalise encore les…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière