Aller au contenu principal

Des résultats pénalisés par les charges

Sur la campagne 2013-2014, les résultats économiques restent en dessous des attentes que pouvait laisser espérer l’amélioration du prix du lait.

© Xpertia

Cogedis-Fideor annonce pour l’exercice 2013-2014 un EBE en moyenne à 165 euros pour 1000 litres pour 1 200 exploitations laitières spécialisées de l’Ouest. L’EBE perd 8 euros pour 1000 litres par rapport à la campagne précédente, malgré la progression du prix du lait (355,50 €/ 1 000 l soit +16 €).

En cause, le coût de production qui s’affiche à des niveaux jamais atteints avec un record à 337 euros pour 1 000 litres (méthode Cogedis) : il affiche une hausse de plus de 5 % par rapport à l’an passé soit 17 euros pour 1000 litres. « Sur les deux dernières années, les charges opérationnellles liés aux intrants augmentent de 14 % (+79 €t sur l’aliment!). Et la progression des charges de structure est de 10 %, ce qui traduit le démarrage d’un nouveau cycle d’investissement (en bâtiment, matériel de traite) », souligne Guy Lemercier, de Cogedis-Fideor.

La détente sur les matières premières de l’alimentation animale, amorcée depuis le début de l’année, devrait toutefois se poursuivre. Pour l’exercice 2013-2014, l’étau prix/charges ne s’est donc pas desserré suffisamment pour permettre l’amélioration notable des critères financiers.

Après avoir couvert les remboursements d’emprunts et les prélèvements privés, il ne reste que 9 euros d’autofinancement disponible, soit une enveloppe moyenne de 4 000 euros.

L’écart d’EBE entre exploitations est considérable : il atteint 90 euros pour 1000 litres entre le groupe des 20 % EBE les plus hauts et le groupe des 20% EBE les plus bas. « Les meilleurs sont meilleurs sur tous les postes », souligne Guy Lemercier (voir graphique). Si le produit est le poste sur lequel il y a le moins d’écart, la maîtrise de la qualité du lait reste l’élément clé pour l’améliorer. Citons parmi les autres pistes à travailler : les charges à l’hectare de maïs, la valorisation du concentré, le coût du renouvellement (près de deux fois plus élevé dans le groupe « bas »), le coût du matériel

Peu de marge pour reconstituer de la trésorerie

La taille des exploitations spécialisées n’a cessé de croître depuis dix ans. Les exploitations de l’échantillon ont en moyenne 59 vaches pour 74 hectares de SAU avec une référence de 409 000 litres ; elles avaient, il y a dix ans, 43 vaches pour une référence de 270 000 litres. Face à cet agrandissement, la main-d’oeuvre stagne à 1,81 UTH : la productivité du travail n’a cessé d’augmenter. Au cours des quatre dernières campagnes, chaque UTH a produit en moyenne 5 000 litres de lait de plus par an.

RÉSULTATS FINANCIERS DES EXPLOITATIONS SPÉCIALISEÉES LAIT

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière