Aller au contenu principal
Font Size

Exploitants en difficulté
Des procédures de sauvegarde pour s'en sortir

Encore peu utilisée dans le secteur agricole, la procédure de sauvegarde propose aux éleveurs en grande difficulté financière une alternative à un éventuel dépôt de bilan.

«Nous conseillons vivement aux éleveurs laitiers qui ne parviennent plus à payer leurs dettes d’engager une procédure de sauvegarde, expose François Duhoux, du CER France Manche. Cette démarche vise à trouver un terrain d’entente avec les différents créanciers (banques, fournisseurs, MSA, etc). » D’après une récente étude prospective menée en Normandie par l’atelier régional des études économiques, 10 % des éleveurs laitiers pourraient se retrouver potentiellement au bord du dépôt de bilan en 2010 et près de 25 % vont afficher une capacité financière négative.

En clair, cela signifie que l’EBE dégagé ne permettra plus de couvrir les prélèvements privés et les annuités d’emprunt. Certains exploitants trouveront des solutions directement avec leur banquier, mais si tel n’est pas le cas, la procédure de sauvegarde offre une porte de sortie pour passer le cap. « Cette démarche vise en fait à trouver une conciliation entre les intérêts de l’éleveur et ceux de ses créanciers, sous l’oeil avisé d’un juge du tribunal de Grande Instance. En d’autres termes, elle incite les créanciers à discuter plutôt qu’à actionner les cautions et autres garanties pour récupérer les sommes dues. »

AU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE

Son principe est simple : un gel momentané des dettes de l’exploitation (jusqu’à six mois), le temps pour l’exploitant de présenter un plan de réorganisation financière de l’entreprise pour les trois ans à venir avec un rééquilibrage de la trésorerie. « Il faut d’abord déterminer si, avec un effacement des dettes, l’exploitation sera ou pas en mesure de dégager un EBE, permettant aux exploitants de vivre et de couvrir les besoins courants d’autofinancement. Si oui, la somme restante se verra affectée au paiement de la dette. » Selon le ratio entre la dette globale et cette somme, deux solutions sont proposées : soit un étalement de la dette, soit l’abandon pur et simple d’une partie de la créance globale, assorti d’un règlement du solde sur quelques années. Certains créanciers préféreront en effet abandonner une petite partie de la créance et récupérer le solde plutôt que risquer de tout perdre avec un dépôt de bilan.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière