Aller au contenu principal

Des prairies diversifiées pour du lait « bioclimatique »

Pour faire face aux aléas climatiques et à la raréfaction des ressources en eau, l’Inra de Lusignan va expérimenter OasYs, un système laitier très innovant qualifié de bioclimatique.

La partie « animale » du système sera présentée 
en détail en décembre lors des journées 3R.
La partie « animale » du système sera présentée
en détail en décembre lors des journées 3R.
© J.-C. Emile/Inra

« L’élevage laitier doit faire face à de nouveaux défis, souligne Jean-Claude Emile, de l’Inra de Lusignan dans la Vienne : produire du lait dans un contexte de contraintes et d’aléas climatiques, en minimisant le recours à l’eau et aux énergies fossiles, tout en contribuant à une agriculture durable. » Un système laitier innovant, OasYs, a donc été imaginé par l’Inra de Lusignan et a commencé à être mis en place en juin 2013. Les prairies et le pâturage occupent une place centrale du système qui vise à couvrir par le pâturage 100 % des besoins des animaux au printemps, 50 % en été et automne et 25 % en hiver, quelles que soient les conditions climatiques. Trois rotations ont été imaginées sur 90 hectares, alternant prairies temporaires et cultures non irriguées tout en minimisant les interventions mécaniques et l’emploi de pesticides.


Trois rotations de sept à huit ans sur 90 hectares


Une première rotation de sept ans (25 ha), proche de la salle de traite, est conçue pour être entièrement pâturable. Elle associe une séquence de cinq ans en prairie et deux ans de cultures annuelles visant à fournir du fourrage aux périodes délicates de l’été (chicorée, radis, navet, graminées estivales…) ou de l’hiver (méteil, betterave, colza, moutarde…).
La deuxième rotation de sept ans (24 ha), un peu plus éloignée, est similaire mais les cultures annuelles (méteil, sorgho-légumineuses) et les prairies peuvent être pâturées ou récoltées selon les besoins et les conditions climatiques. La troisième rotation de 8 ans (41 ha) alterne quatre années de prairies de stock et quatre années de cultures à double usage grain ou fourrage (sorgho, méteil, maïs).
Tous les éléments des rotations sont présents chaque année et une nouvelle prairie est implantée dans chaque rotation tous les ans. Les prairies pâturées sont des associations de graminées, légumineuses et autres dicotylédones. Les prairies de fauche, également multi-espèces, sont à base de luzerne et exploitées en modulant la fréquence de coupe pour diversifier la qualité du fourrage. « Plutôt que de rechercher la prairie idéale, pouvant résister à toutes les conditions climatiques, nous misons sur des prairies diversifiées, d’âges variés, associant des espèces plus ou moins précoces et résistantes au froid et pouvant être exploitées plus ou moins intensément » explique Jean-Claude Emile.

Des arbres tétards implantés dans les prairies


Certaines parcelles seront aussi implantées en agroforesterie, sous forme d’arbres têtards bas (frêne, aulne, orme champêtre, mûrier blanc…) et de haies intraparcellaires (vigne, arbustes). « Le but est que les vaches puissent manger les feuilles et jeunes tiges sans que l’éleveur ait à intervenir mécaniquement, précise Jean-Claude Emile. En plein été, ces ligneux pourraient fournir 25-30 % de la ration. Les arbres pourront aussi décaler ou prolonger la production des prairies grâce à leurs effets ombrage et brise-vent. » Dès cette année, les chercheurs analyseront par ailleurs la valeur alimentaire des feuillages de différentes espèces ligneuses, données qui n’existent pas actuellement.
Enfin, la cohérence du système sera renforcée par un troupeau adapté à cette diversité, productif et rustique, basé sur un croisement Holstein x Jersiaise x Rouge scandinave. Les premières génisses croisées deux voies viennent de naître, avec utilisation du sexage, et les croisements trois voies devraient être finalisés d’ici deux ans. Le choix a été fait aussi d’avoir deux périodes de vêlage, pour limiter le nombre d’animaux ayant des besoins importants en été et hiver.


Un troupeau rustique en croisement trois voies


Et pour limiter l’impact sur l’environnement (kg eqCO2 émis par kg de lait produit), les lactations seront allongées jusqu’à dix-huit mois et le nombre de lactations par vache sera augmenté. Le système dans son ensemble sera étudié sur ses aspects agronomiques, zootechniques, environnement, biodiversité, critères économiques, temps de travail… et sera évolutif.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Les tourteaux tannés sont indispensables pour maximiser les performances de production laitière et de TP, souligne Jérôme Larcelet, consultant nutrition chez Seenorest. © C. Pruilh
Comment booster le taux protéique par l'alimentation ?
Améliorer le taux protéique sans hausse des coûts ni des rejets d'azote dans l'environnement. C'est l'équation à rechercher pour…
Jérémie Combes et Arnaud Vigier. « Pour s’adapter au changement climatique, il faudra rendre le système de production compatible avec ce que nous serons capables de produire. » © B. Griffoul
[Changement climatique] « Semer des dérobées n’est pas une fin en soi »
Dans le Cantal, pour refaire ses stocks de sécurité pour ses 75 vaches laitières, le Gaec de Celange a semé l’an dernier du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière