Aller au contenu principal
Font Size

Des pistes pour gagner plus

Augmenter son revenu par ses produits, grâce à la vente directe, la commercialisation de vaches amouillantes, une meilleure finition des vaches de réforme... Dans un contexte de crise et de volatilité du prix du lait, toutes les pistes sont bonnes à explorer.

© La rédaction

En dehors du poids prépondérant du prix du lait, « les marges de manoeuvre pour améliorer le revenu sont généralement plus importantes au niveau des charges (2/3) que des produits (1/3) », explique Michel Grasset, des chambres d’agriculture de Bretagne. Reste que le produit est une composante majeure du revenu. Il mérite d’autant plus qu’on se penche sur son cas que d’importants efforts ont déjà été engagés pour comprimer les charges.

L’optimisation de la qualité du lait est un levier connu de tous. Mais des progrès sont encore possibles. Par exemple, « en Bretagne, les pénalités liées à la qualité sanitaire du lait représentent une perte économique moyenne de 4,50 euros pour 1000 litres de lait, voire le double dans certains élevages, notamment ceux qui n’adhèrent pas au contrôle laitier », selon Michel Grasset. Augmenter le TP en phase estivale et « ne pas descendre en dessous de 32 g/l », s’avère également payant.

La création d’un atelier de vente directe permet dans certaines conditions (potentiel de clients, temps disponible…) de mieux valoriser son lait. Certains éleveurs ont parié sur l’installation d’un distributeur de lait cru. Les incitations financières (réécriture des grilles, primes des laiteries…) liées à la saisonnalité des livraisons « sont intéressantes, mais pèsent peu au final ».

Il faut optimiser la combinaison entre les produits du lait, de la viande et des cultures

Du côté du coproduit viande, « on observe en Bretagne un écart de 120 euros entre élevages du quart supérieur et inférieur sur le produit issu du nombre de veaux valorisés par vache présente ». Vendre des vaches de réforme en état et au bon moment est aussi une stratégie payante.

En fonction des atouts de l’élevage, le développement d’un atelier viande, la vente de vaches en lait pour lesquels il existe un marché dynamique, sont des pistes à étudier de près. Plus généralement, il faut optimiser la combinaison entre les produits issus du lait « qui génèrent la plus forte marge par hectare », de la viande et des cultures de vente. Et ne surtout pas plomber son revenu en balayant tous les efforts consentis pour améliorer l’EBE « par une mauvaise maîtrise des investissements », rappelle Michel Grasset. ■ Franck Mechekour

SOMMAIRE

Page 28 : «Avec la vente directe à la ferme, je suis motivée... et optimiste» - Marie Dacquin, dans le Pas-de-Calais

Page 32 : Au distributeur, la rentabilité c’est pas automatique - Vente de lait cru

Page 34 : «Je vends des vaches en lait» - À l’EARL de Kervalguen, dans le Finistère

Page 36 : Vendre des réformes en état et à la bonne saison - Produit viande

Page 38 : «La prime de saisonnalité n’est pas assez incitative l’été» - Au Gaec de la Mocotère, dans les Vosges

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière