Aller au contenu principal
Font Size

Institut de l´élevage
« Des pistes pour consommer moins d´énergie »


« En élevage, la hausse de l´énergie depuis 2003 a entraîné une érosion du revenu de 5 à 10 % » Tel est le constat dressé par l´Institut de l´élevage et présenté lors d´un colloque au Space le 13 septembre dernier. Cela dit, des économies sont possibles pour réduire sa facture de fioul et d´électricité.
« Une vache laitière en bâtiment consomme en moyenne 90 litres de fioul par an, constate Jean-Baptiste Dollé de l´Institut de l´élevage. Trois principaux postes se révèlent particulièrement gourmands en énergie sur un élevage laitier : la distribution des aliments, la réfrigération du lait et le chauffage de l´eau. »

Une vache consomme 90 litres de fioul par an
Sur la distribution des aliments 15 à 20 % d´économie de fioul sont réalisables. D´une part en optimisant les circuits de circulation des engins et le choix des équipements de distribution en lien avec la puissance de traction, et d´autre part en réduisant le temps de présence des animaux en bâtiment.
Côté électricité, les intervenants recommandent d´abord un bon positionnement et un entretien régulier des condenseurs pour limiter la consommation liée à la réfrigération du lait. Une bonne isolation de la laiterie est aussi conseillée. « L´utilisation d´un prérefroidisseur en amont du tank, peut permettre de réduire 40 à 50 % de la consommation. » Entre autre piste, l´installation d´un récupérateur de chaleur sur le condenseur du tank pour préchauffer l´eau froide peut réduire 60 à 70 % le coût du chauffage de l´eau.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière