Aller au contenu principal

Bovins Lait/Traçabilité
Des mouchards dans les produits laitiers pour détecter les terpènes, acides gras ou bétacarotène

L´analyse des terpènes, acides gras et du bétacarotène permet, à partir d´un produit laitier, de remonter à l´alimentation de la vache.


Les AOP, IGP et autres produits répondant à des cahiers des charges concernant l´alimentation se sont multipliés ces dernières années. Le lait de ces filières étant souvent payé plus cher, le problème de l´identification des fraudes se pose. Dans ce contexte, différentes équipes de l´Inra de Clermont-Theix travaillent sur des techniques qui visent à reconnaître, à partir d´un produit laitier, sa provenance géographique et/ou l´alimentation qu´ont reçue les vaches. Ces techniques consistent à identifier et à doser dans un produit laitier des composés provenant des aliments consommés par les vaches laitières. Actuellement, des terpènes, des acides gras et le bétacarotène ont été retenus comme traceurs. La recherche continue et d´autres traceurs comme les polyphénols pourraient être utilisés pour dévoiler l´origine d´un produit laitier.

Déterminer quel type de prairie a été pâturé
Pour bien discriminer les produits laitiers selon les principaux types de fourrages consommés par les animaux, il faut combiner l´analyse des terpènes, du bétacarotène et des acides gras. Le profil du produit laitier en terpènes, acides gras et bétacarotène renseignera sur le régime dominant de la vache laitière.
On peut reconnaître un lait breton d´un lait auvergnat, à partir de la seule analyse des terpènes. En été, l´analyse fait ressortir une différence entre le lait de montagne, correspondant au pâturage de prairies diversifiées, et le lait breton, correspondant au pâturage de prairies temporaires de graminées et légumineuses. Le régime « prairies diversifiées » est plus riche en terpènes. En hiver, l´analyse fait ressortir une différence entre le régime de montagne « fourrages à base de prairies diversifiées » et le régime de plaine « ensilage de maïs ». L´analyse des terpènes dans des fromages du Cantal a également mis en évidence des différences en fonction de l´altitude, l´orientation des pâturages..., facteurs qui influencent la composition de la prairie en espèces végétales.

Quel mode de conservation a été utilisé ?
L´analyse des terpènes permet de différencier un régime « pâturage de prairie diversifiée » d´un régime « foin de prairie diversifiée ». On trouve environ 10 fois moins de terpènes dans les fourrages conservés, du fait de leur volatilité.
Pour différencier un régime foin d´un régime ensilage de la même herbe, il faut combiner l´analyse des terpènes, du bétacarotène et des acides gras, les trois types de traceurs apportant des informations complémentaires. La présence importante de bétacarotène dans le produit laitier indique que la vache a consommé de l´ensilage d´herbe. Le lait de la vache qui a consommé de l´ensilage d´herbe est plus riche en bétacarotène que celui de la vache ayant consommé le foin de la même herbe.
Un produit laitier « ensilage de maïs » se distingue d´un produit laitier « concentré » par l´analyse des terpènes et des acides gras. Un produit laitier « concentré » se distingue facilement des autres régimes, par analyse des acides gras, des terpènes et du bétacarotène.
Les traceurs fonctionnent bien sur des régimes simples, mais « avec des régimes associant pâturage, foin et ensilage, on risque de ne rien déceler à l´analyse du produit et de ne pas parvenir à déterminer si la vache a consommé de l´ensilage d´herbe, par exemple, surtout si l´apport d´ensilage a été ponctuel », fait remarquer Bruno Martin, de l´Inra.

Quelques faiblesses
Un autre inconvénient est lié à la volatilité des terpènes. Celle-ci gêne la différenciation des régimes à base de foins plus ou moins riches : actuellement, on ne sait pas distinguer un foin initialement riche mais conservé longtemps d´un fourrage pauvre conservé peu de temps. Ceci peut gêner une vérification de l´origine géographique du fourrage.
Enfin, cette technique d´identification est longue et coûteuse. Sans être systématique, sa mise en oeuvre peut se justifier en cas de litige.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière