Aller au contenu principal

Des montants de reprise largement au-dessus de la valeur économique

Une étude du CerFrance Finistère montre un décrochage entre la valeur patrimoniale et la valeur économique des exploitations laitières.

Le sujet est sensible. Quelle est la valeur d'une exploitation laitière? Deux approches s'opposent : l'approche patrimoniale et l'approche économique. Le CerFrance Finistère a mené une étude auprès de ses adhérents; elle a le mérite de chiffrer précisément ces deux approches sur une quinzaine d'années et sur un grand nombre d'exploitations laitières spécialisées (500-700 suivant les années). "Notre étude montre aujourd'hui un décrochage entre la valeur patrimoniale espérée par le vendeur au moment de la cession de l'exploitation, et la valeur économique  qui permettrait au repreneur de tirer un revenu de son travail, constate Cédric Maguer responsable du service étude. L'estimation de la valeur patrimoniale a été faite à partir de la valeur moyenne des biens à l'origine corrigée par un coût d'actualisation et une dépréciation fonction de l'âge: "elle est différente de la valeur nette comptable".  Pour la valeur économique, le centre de gestion s'est projeté dans l'avenir en calculant la capacité de remboursement: "nous avons pris, chaque année, la moyenne d'EBE du groupe des cinq dernières années dont nous avons déduit les prélèvements privés et une marge de sécurité (5% de l'EBE). Puis nous avons regardé le montant qu'un repreneur pouvait rembourser avec des prêts d'une durée de 7,10 et 15 ans".

Un indicateur plutôt autour de 0,7 €/1000 litres

Dans l'échantillon finistérien, le cheptel a été progression constante ces quinze dernières années; entre 2001 et 2015 (1), il est passé de 45 à 69 vaches (289 000 à 475 000 litres). L'étude fait apparaître une rupture  en 2007: le capital d'exploitation (hors foncier) est resté relativement stable jusqu'en 200?????, mais depuis 2008, il ne fait que croître pour se situer à 350 000-380 000 € (contre 200 000-250 000 au début des années 2000). En moyenne sur les cinq dernières années, la valeur patrimoniale est grimpée autour de 450 000 € alors que la valeur économique n'a pas progressé dans les mêmes proportions et se situe autour de 300 000 €.

"Le montant des reprises est aujourd'hui en général très largement au-dessus de la valeur économique, conclut-il. Beaucoup ont en tête comme indicateur le chiffre de 1 €/1000 litres (hors foncier). Si l'on prend la moyenne de l' échantillon de l'étude comme indicateur, le repère se situerait plutôt autour de 0,7 €/1000 litres. "Attention, met-il en garde. Il existe de grandes différences entre exploitations. Suivant l'ancienneté du bâtiment et de l'installation de traite, le type de parcellaire (groupé ou non, accessible au pâturage ou non), la technicité .... une reprise à 80 centimes peut être chère ou pas chère du tout".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Portail réussir
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière