Aller au contenu principal

Des marges de progrès sur le recyclage des films d’ensilage

Au plan national, le pourcentage de films d’ensilage collectés serait de l’ordre de 35 %, contre 80 % pour les films d’enrubannage. La collecte des ficelles et filets est sur les rails.

Proposer deux 
rendez-vous par an 
serait une solution 
pour améliorer 
la collecte des 
films usagés.
Proposer deux
rendez-vous par an
serait une solution
pour améliorer
la collecte des
films usagés.
© Adivalor

Le taux de collecte des films d’ensilage est inférieur à celui des film d’enrubannage. Ainsi, au plan national (près de 18 000 tonnes collectées), ces pourcentages seraient respectivement de 35 % et 80 %. Pierre de Lépinau, directeur d’Adivalor, a avancé plusieurs raisons pour expliquer ce phénomène lors des journées techniques du Comité français des plastiques en agriculture (CPA). « Les films d’ensilage sont plus compliqués à nettoyer et à plier que les films d’enrubannage. Et les quantités de balles d’enrubannage à récupérer étant très importantes, les agriculteurs sont au final plus mobilisés. » Les éleveurs ayant de moins en moins de temps disponible, « il faut leur simplifier le travail ». Proposer deux rendez-vous de collecte par an serait une solution pour « fractionner leur travail ».
Par ailleurs, le CPA et Adivalor ont signé le 8 janvier 2013 un accord qui officialise le lancement du programme national de collecte et de valorisation des ficelles et filets agricoles usagés. Les premières collectes ont débuté en avril 2013.


Premières collectes pour les ficelles et filets


« Les ficelles en polypropylène et les filets en polyéthylène sont utilisés pour le conditionnement des fourrages par plus de 100 000 agriculteurs. Quelque 20 000 tonnes de ficelles et 8000 tonnes de filets balles rondes sont utilisées chaque année », selon le CPA.
Une écocontribution est prélevée par le metteur en marché sur chaque tonne de produit, livrée sur le territoire métropolitain. Son montant est de 40 € par tonne pour les ficelles et de 110 € par tonne pour les filets.
Les ficelles sont recyclées. En revanche, il va falloir patienter pour les filets, dont le recyclage fait l’objet de recherche engagées par Adivalor. En attendant, ils sont expédiés dans des centres de stockage de déchets.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière