Aller au contenu principal

Des malformations de veaux liées à la circulation du virus de Schmallenberg

D’après des remontées des GDS, le virus de Schmallenberg a circulé assez fortement en 2020, induisant depuis l’automne la naissance de veaux , agneaux et chevreaux malformés.

© Ann-Brigitte CAU

Dans un bulletin du 1er février, GDS France fait le point sur la situation épidémiologique du virus de Schmallenberg SBV. Ce virus qui touche les ruminants a été détecté pour la première fois en Allemagne en 2011. La principale forme clinique de la maladie est l’apparition de malformations résultant d’une infection in utero pendant la gestation, rappelle GDS France.

Depuis quelques semaines, les remontées d’un certain nombre de GDS semblent indiquer que le virus SBV a circulé assez fortement durant la saison vectorielle. Une circulation qui entraine depuis l’automne 2020 la naissance de veaux, agneaux et chevreaux malformés.

Une transmission par les culicoïdes

La transmission du virus est essentiellement assurée par les culicoïdes (comme la FCO). GDS France avance deux causes probables de cette recrudescence :

-la circulation du SBV à bas bruit depuis plusieurs années sur le territoire français.

-le renouvellement des populations de ruminants entrainant une augmentation de la proportion d’animaux naïfs (n’ayant jamais été en contact avec le virus) au début de la saison de circulation du virus.  

Pas de moyens de prévention ni de lutte disponibles en France

La surveillance réalisée entre janvier 2012 et septembre 2018 dans le cadre de la plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale montre que le virus a circulé chaque année avec des différences d’intensité selon les années: massivement en 2011 et 2012 (au moment de son introduction), et également en 2016. La circulation plus intense en 2020 laisse penser à une cyclicité quadriennale, ce qui est observé avec un virus proche du SBV ( virus Akabane) présent en Océanie, Afrique et Moyen-Orient. Ce dispositif de surveillance est actuellement « en dormance ». Mais il pourrait être réactivé si un changement important dans l’épidémiologie de la maladie se produisait. La vigilance est aujourd'hui exercée de façon informelle.

Il n’existe actuellement aucune mesure de prévention ( en particulier de vaccin) ni de moyens de lutte disponible en France, rappelle GDS France.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière