Aller au contenu principal

Des lunettes «intelligentes» bientôt dans les fermes?

Senoe (1) en est convainvue : les lunettes « intelligentes » auront rapidement de multiples applications agricoles. Leur atout ? Permettre de travailler en mains libres.

UN SIMPLE GESTE DE LA MAIN
près de l’oreille suffit
à éveiller les lunettes
« intelligentes » connectées
à un ordinateur
ou un smartphone.
UN SIMPLE GESTE DE LA MAIN
près de l’oreille suffit
à éveiller les lunettes
« intelligentes » connectées
à un ordinateur
ou un smartphone.
© A. Puybasset

Imaginez un smartphone amélioré que l’on aurait en permanence devant l’oeil mais avec les mains libres. Il faut juste prendre l’habitude de lever le regard pour voir les images qui apparaissent sur un mini-écran en surimpression de la réalité.

« Les lunettes « intelligentes » sont dotées de toutes les fonctionnalités d’un smartphone: commande vocale, système d’exploitation, accès au wifi et bluetooth, GPS, photo et video. La différence, c’est qu’elles permettent de travailler avec des mains humides, sales ou affectées à d’autres tâches, explique Michel Buchet, responsable développement commercial de Senoe. L’application est commandée à la voix, on déclenche l’écoute en passant la main près de l’oreille, on peut même prendre des photos sans les mains. S’il y a du réseau, la connexion internet permet de recevoir et d’envoyer les données en temps réel à un ordinateur ou une tablette. S’il n’y pas de réseau, les lunettes communiquent en bluetooth avec un smartphone dans la poche ou en wifi avec un PC. »

Pour Senoe, à l’affût des nouvelles technologies, il ne fait aucun doute que le champ d’applications en agriculture est immense. Pour le montrer à ses clients, elle a donc conçu une application prototype de comptage de ravageurs sur une parcelle d’artichaut, présentée lors d’une journée innovations et technologies le 23 avril dernier.

Démonstration: le technicien équipé de lunettes entre dans la parcelle d’essai. La parcelle est identifiée par géolocalisation. Il confirme le nom de la parcelle puis dit « artichaut ». La liste de parasites s’affiche. Il dicte le comptage à l’application, par exemple « 3 noctuelles ». Le nombre de noctuelles s’affiche aussitôt à l’écran. S’il y a erreur, il suffit de dire « erreur » pour une remise à zéro. S’il a un doute, il demande la « consultation » de la base de données et compare ce qu’il voit avec des photos en référence. Et s’il ne parvient pas à identifier le ravageur, il peut le photographier. Tout ceci uniquement par commande vocale en prononçant «capture» tout en ayant les deux mains libres pour écarter les feuilles d’artichaut.

« Dans cet exemple qui nécessite des opérations répétitives, de la rigueur, de la réactivité mais aussi de pouvoir vérifier ses connaissances, les lunettes apportent un gain de temps (saisie unique), du confort et de la fiabilité (assistance à distance). On peut très bien imaginer des applications pour des opérations d’identification et d’enregistrement sanitaire en élevage, ou encore de contrôles de stocks et commandes de produits. Tout reste à inventer. »

La démonstration de Senoe a été faite sur des lunettes VuzixM100 (équipées d’un système d’exploitation Android) importées des USA avant l’arrivée en France des Google glass fin avril. Une dizaine de marques de lunettes intelligentes sont aujourd’hui commercialisées ; le prix (moins de 1000 euros) est appelé à baisser. Des applications devraient voir le jour à très court terme dans les prochaines semaines, affirme-t-on chez Senoe, qui a déjà reçu pas mal de demandes pour différents secteurs d’activités.

(1) Filiale de l’Arsoe de Bretagne.

L’informatique à portée de tous

Le groupe Arsoé de Bretagne est une entreprise informatique spécialisée dans le traitement des données des agriculteurs et de leurs partenaires. Elle dégage 11 millions de chiffre d’affaires (un quart pour Senoe) autour de trois métiers : l’assistance maîtrise d’ouvrage et l’expression des besoins informatiques, le développement de logiciels, et l’hébergement de systèmes d’information (les données d’identification). « Notre particularité, c’est l’art de faire simple : nous voulons rendre l’informatique la plus simple possible par des solutions d’ergonomie logicielle adaptées aux utilisateurs. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière