Aller au contenu principal

Alimentation des bovins
Des levures pour réduire les émissions de méthane

Les fabricants d´aliments se penchent sur le problème des émissions de méthane des ruminants.


Environ 10 % de l´énergie digestible digérée par les bovins part en fumée sous forme de méthane éructé par les animaux ! Ces émissions gazeuses constituent une perte nette, suscitant de plus en plus l´intérêt des fabricants d´aliments. Un enjeu d´ordre zootechnique, mais aussi environnemental quand on sait que les bovins sont responsables d´environ 15 % des émissions totales de méthane, avec 80 à 100 millions de tonnes produites par an. « Une vache produit en moyenne quatre cents à quatre cent cinquante litres de méthane par jour, précise Gérard Fonty, chercheur à l´Inra de Theix. Cette quantité varie selon le régime alimentaire. Les régimes riches en cellulose favorisent la production de méthane car les microorganismes qui la digèrent sont généralement de gros producteurs d´hydrogène, gaz précurseur du méthane. »

Un effet démontré seulement in vitro
Le méthane est produit par des microorganismes de la panse à partir d´hydrogène et de dioxyde de carbone, eux-mêmes issus des fermentations ruminales. « Notre objectif est de chercher à dévier les flux d´hydrogène vers d´autres microorganismes du rumen, ne produisant pas de méthane. » Des essais in vitro ont montré que les levures vivantes joueraient un rôle pour favoriser certaines bactéries non méthanogènes, produisant de l´acétate à partir de l´hydrogène et du dioxyde de carbone. D´autres recherches, en partenariat avec Lallemand, sur des modèles animaux sont en cours pour valider ces premiers résultats.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
De meilleures carrières avec des vêlages précoces
La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière