Aller au contenu principal

Dairyman
Des leviers pour réduire les impacts environnementaux

Dairyman est un programme européen qui vise à dégager des recommandations pour améliorer le profil environnemental des exploitations, tout en améliorant leur performance économique.

« LA PART DES PRAIRIES, LA CONSOMMATION DE CONCENTRÉS
et d’engrais minéraux, le taux de renouvellement… ont
des incidences sur le bilan azoté et l’empreinte carbone
des élevages », exposent les chercheurs du programme
Dairyman.
« LA PART DES PRAIRIES, LA CONSOMMATION DE CONCENTRÉS
et d’engrais minéraux, le taux de renouvellement… ont
des incidences sur le bilan azoté et l’empreinte carbone
des élevages », exposent les chercheurs du programme
Dairyman.
© S. Roupnel

L’empreinte carbone nette du lait français est en moyenne de 1000 kg eq CO2/1000 litres. Il existe de gros écarts entre exploitations : de 400 à 1700 kg eq CO2/1000 litres. Avec une variabilité importante au sein d’un même système. Mais des différences existent entre systèmes, avec un avantage aux systèmes herbagers. C’est un des enseignements du programme Dairyman, qui regroupe sept pays(1), pour un travail sur plusieurs années.

Un des objectifs de Dairyman est de dégager des leviers pour réduire les impacts environnementaux des élevages laitiers, tout en améliorant leur performance économique. Mais aussi de faire valoir les contributions positives de l’élevage bovin lait : stockage de carbone, biodiversité… « Si personne n’en tient compte, il y a un risque de retournement des prairies, et donc de déstockage important de carbone », souligne Jean-Baptiste Dollé, de l’Institut de l’élevage.

L’intérêt de la démarche est qu’elle se base sur plusieurs critères (CO2, N2O, méthane, ammoniac, nitrates, phosphates). « L’approche multicritères permet d’éviter des transferts de pollution. »

Travaux en cours sur les émissions de GES

On sait que l’ajout de lipide dans la ration a un effet positif sur les émissions de méthane entérique, mais « des travaux sont en cours pour savoir quelle est la durabilité des effets dans le temps et en fonction de la ration », expliquent les chercheurs du réseau Dairyman. « Les solutions de type biotechnologies (bactéries, levures…) et additifs (extraits de plantes, tanins…) ne sont pas encore éprouvées. » Des travaux sont en cours avec l’Inra pour déterminer les différences entre fourrages (maïs, herbe…).

Enfin, réduire la part d’animaux improductifs, en optimisant le taux de renouvellement, est un levier à préciser dans le cadre d’une vision globale lait/viande.

« On a souvent entendu dire que la hausse de la productivité par vachepermettait une baisse des émissions de méthane entérique. C’est vrai, confirme Jean-Baptiste Dollé. Mais pour l’ensemble des gaz à effet de serre, ça ne l’est plus. D’autres émissions ou d’autres impacts environnementaux s’accroissent. »

Les chercheurs du réseau Dairyman ont passé en revue quelques leviers connus, comme ajuster les apports de concentrés, opter pour des sources protéiques européennes, optimiser le temps de pâturage… La couverture des fosses à lisier a un impact fort sur les émissions d’ammoniac. « La croûte naturelle qui se forme dans les fosses à lisier est déjà une couverture assez efficace », ajoute Jean-Baptiste Dollé.

Les élevages « verts » sont également bons économiquement

La méthanisation a un effet sur les émissions de méthane liées au stockage des déjections et permet d’éviter des émissions de CO2, grâce à la réduction des consommations d’énergie fossile permise par la production d’énergie renouvelable. Mais ce levier nécessite un lourd investissement.

Dairyman s’est penché sur les résultats « environnementaux » et économiques d’un réseau d’élevage. En France, 326 exploitations « lait spécialisé » ont été étudiées. Il apparaît que les élevages qui ont un faible impact environnemental dégagent de meilleurs revenus disponibles de l’atelier bovin laitier que des élevages à plus fort impact. « C’est très motivant pour travailler sur la réduction des impacts sur l’environnement, concluent les intervenants. Car on ne pourra promouvoir des leviers que s’ils apportent quelque chose économiquement. »

Selon les chercheurs, « il y a de nombreuses perspectives pour un lait d’élevage bovin à 700 – 800 kg eq CO2/1 000 l, ce qui reviendrait à réduire l’impact de 20 à 30 % ». p Costie Pruilh


(1) Pays-Bas, Irlande du Nord, Luxembourg, Allemagne, Belgique, France (Institut de l’élevage, Chambre d’agriculture de Bretagne, Pays de la Loire, Nord-Pas de Calais, la ferme de Trévarez, de Derval, 29 fermes pilotes), Irlande

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Après une pause estivale, de début juillet à fin août, Radio Prairies reprendra ses podcasts hebdomadaires sur le pâturage. © Groupe herbe Franche-Comté
En Franche-Comté, des podcasts pour parler de pâturage
Depuis le mois de mars, le groupe herbe Franche-Comté diffuse sur sa chaîne YouTube un podcast hebdomadaire de conseil sur le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière