Aller au contenu principal

Des herbomètres de nouvelle génération

Nouvelles technologies. Après les drones et les satellites, les herbomètres connectés offrent des perspectives pour faciliter le suivi des prairies.

Dans le cadre du programme européen ICT GrazingTools, l’Institut de l’élevage participe au développement d’un herbomètre de nouvelle génération. Cette année, il est utilisé sur onze fermes pilotes. Comme l’herbomètre électronique qui existe depuis déjà longtemps, ce nouvel outil mesure automatiquement la hauteur d’herbe grâce à un capteur à ultrasons, mais dispose en plus de fonctions GPS et bluetooth : chaque mesure est géolocalisée et transmise automatiquement sur un smartphone. Les fichiers créés peuvent ensuite être transmis à une base de données. « L’objectif est de pouvoir obtenir de façon rapide et quasi immédiate, sur son portable ou sa tablette, les résultats des mesures réalisées, en hauteur d’herbe bien évidemment, en quantité d’herbe disponible ou en nombre de jours d’avance, pour chaque parcelle mesurée ou pour un ensemble de parcelles allouées à un lot d’animaux ", explique Éric Pottier, de l’Institut de l’élevage. Les tests actuels vont permettre de vérifier s’il est suffisamment fiable et pratique pour entrer dans la routine d’un éleveur.

« Utiliser un tel outil connecté est techniquement possible dès aujourd’hui. Mais pour que cela apporte un réel plus sur le plan zootechnique, il est nécessaire de valider le fait que l’on dispose d’abaques de qualité qui permettent de traduire des hauteurs en biomasse. » Les hauteurs d’herbe mesurées sont en effet transformées en biomasse, exprimée en kgMS/ha, en ayant recours à des abaques de la densité du couvert, qui s’exprime en kgMS/ha/cm. Cette densité doit être connue avec le plus de précision possible. « Or, c’est une donnée éminemment variable, en fonction notamment du type de couvert, de la teneur en matière sèche, de la saison, et sûrement d’autres facteurs plus difficiles à définir », prévient Éric Pottier. La fonction GPS offre aussi potentiellement la possibilité de moduler la fertilisation azotée de la prairie, comme cela se pratique couramment pour les cultures.

Mesurer automatiquement la pousse de l’herbe

L’étape suivante du projet ICT Grazing Tools a pour objectif la mise au point de clôtures virtuelles pour une utilisation en systèmes de pâturage intensif. L’idée est d’envoyer un signal sonore ou une vibration au collier de la vache pour contrôler ses déplacements. Ce principe est déjà testé pour des bovins allaitants en estive dans le cadre du projet e-Pasto dans le but de remplacer les barrières physiques. Mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour aboutir « et les premiers essais ne sont pas concluants »…

L’Institut de l’élevage teste d’autre part pour les grandes parcelles le C Dax Pasture Meter. S’il mesure également de façon automatique la hauteur de l’herbe avec un positionnement GPS, il présente comme caractéristique de s’atteler derrière un quad et de réaliser un nombre de mesures particulièrement important, quasiment en continu. Il répond davantage aux besoins d’un suivi de relativement grandes surfaces, qui sont assez difficiles à capter à l’œil. Il est déjà commercialisé, notamment en Nouvelle-Zélande. Il mesure la hauteur d’herbe réelle, et non la hauteur d’herbe compressée comme le fait l’herbomètre électronique à plateau. Il est possible de rouler jusqu’à 20 km/h. Selon le constructeur, les mesures ne sont pas impactées par la poussière, la pluie, la température, la pente… Le prix est cependant élevé pour un équipement en individuel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière