Aller au contenu principal

A l´étranger/Argentine
Des « haciendas » laitières autonomes et rentables

Des vaches toute l´année en pâture, des salles de traite en plein air, et une gestion très « entrepreneuriale » voici un aperçu de deux grandes fermes argentines.


Dans la plaine de Buenos Aires, à 80 km de la capitale, la ferme laitière Las Liebres appartient à une compagnie, Tamberia SA, qui a également investi dans le vin et les olives. Las Liebres fait partie des grandes fermes argentines de plus de 500 vaches qui représentent 1 % des fermes laitières, et 7 % de la production laitière. Las Liebres compte 700 hectares, dont 480 de pâtures et 220 cultivés en blé, maïs. 17 employés, encadrés par trois responsables, s´occupent d´un troupeau de 550 vaches laitières Prim´Holstein et leur suite. La production annuelle est de 3,7 millions de litres de lait. Le rendement laitier est d´environ 25 litres par vache et par jour, bien supérieur à la moyenne nationale. Comme sur beaucoup d´exploitations argentines, les productions végétales sont vendues quand les cours sont intéressants, et utilisées pour l´alimentation animale quand les cours sont bas. Vingt-deux salles de traite en plein air sont réparties sur l´exploitation. Les vaches font l´aller-retour entre les prairies et le bloc traite deux fois par jour.
« Nous cherchons des vaches robustes, pour qu´elles puissent parcourir la distance parfois longue qui sépare les prés de la salle de traite. La longévité des laitières est en moyenne de 4 lactations. Autrement, le taux de réussite en 1re insémination artificielle est de 40 % en moyenne, et l´intervalle entre le vêlage et la première insémination est de 91 jours. Nous cherchons à réduire l´intervalle entre vêlages, qui est aujourd´hui de 430 jours », indiquent Rubén Vandoni, Gustavo Ronconi et Pablo Ossana, les trois responsables de Las Liebres. La traite étant le seul moment où les vaches sont bloquées, les salariés en profitent pour faire les inséminations. Le système de traite par l´arrière facilite cette pratique. De même, la distribution de concentré se fait pendant la traite.
Las Taperitas est une ferme appartenant à la laiterie Williner. Elle s´étend sur 70 000 hectares. L´activité laitière représente 14 000 hectares et 12 000 vaches laitières. 45 000 hectares servent à la production de viande (1 ha par bovin).
Une des 35 salles de traite de la ferme Las Taperistas, qui compte 12 000 vaches. ©C. Pruilh

Une ferme appartenant à une laiterie
« Le lait est rentable ici. Il est payé 0,17 dollar par litre, pour un lait à 33 de taux protéique. La marge brute est de 27 %. La terre est en propriété, ce qui présente un avantage étant donné l´inflation et donc la hausse des prix du foncier. Nous voulons accroître la production. Nous prévoyons l´installation de trois nouvelles salles de traite, pour traire 1000 vaches supplémentaires », expose le responsable de l´exploitation.
L´exploitation répond aux normes européennes pour que sa production soit exportable. C´est une des rares fermes argentines à disposer d´un système de stockage et d´épandage des effluents d´élevage venant de l´aire d´attente et de la salle de traite.
Tout est plus grand en Argentine : pour aller des prés à la stabulation, les vaches empruntent ici une véritable autoroute ! ©C. Pruilh
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière