Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des groupements et un contrat type bio

Dans l’optique de gérer les volumes et d’éviter une crise comme celle des années 2000, les éleveurs en agriculture biologique, soutenus par la Fnab, se regroupent en associations.

« En 2011, il y a eu une émergence de plusieurs associations de producteurs livrant à une même laiterie, dans une même zone. Une réflexion est aujourd’hui en cours dans les régions et au niveau national pour la co-construction d’un contrat type avec des clauses spécifiques à la bio », a indiqué Eric Guihery, éleveur en Mayenne et référent lait à la Fnab, lors d’une conférence au salon Tech&bio qui s’est déroulé en Mayenne en juin dernier.


Dans la proposition des éleveurs bio, il y a notamment des indicateurs spécifiques bio pour l’évolution du prix du lait. « Le prix rémunérateur de 2010 (430 €/1 000 litres) serait la base. Puis, les chiffres de la production, de la consommation, le prix du lait conventionnel, le prix du lait bio allemand… pourraient faire évoluer ce prix. Nous défendons l’idée d’un prix plancher, et d’un indicateur ‘prix de revient’, calculé par l’Institut de l’élevage. »


Les associations proposent aussi aux industriels une gestion concertée des volumes pour un développement cohérent de la bio au niveau national.


Des indicateurs spécifiques bio pour l’évolution du prix du lait


Début 2012, environ 70 % des éleveurs laitiers bio adhéraient à une association ou à une organisation commerciale.

Dans les coopératives mixtes, des groupes ou des associations existent (Sodiaal par exemple) ou se mettent en place (Eurial).


L’ambition est de regrouper les associations en une OP bio par territoire, notamment pour répondre aux exigences du décret. Et elles pourraient elles-mêmes être réunies au sein d’une fédération nationale des éleveurs laitiers bio. « Il y a déjà des liens forts entre associations. On discute volumes, politique de conversion, de soutien… » Pour l’heure, les associations discutent encore avec les industriels.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
« Nos cédants voulaient transmettre à des jeunes »
Dans la Manche, François et Pierre Bienvenu ont repris deux exploitations en janvier 2019. Les deux frères ont réalisé leur rêve…
Globalement, la collecte des grands exportateurs reste peu dynamique.    © J. Chabanne
La cotation de la poudre de lait poursuit sa montée

Après un mois d'octobre relativement stable autour de 2 350 €/t, la cotation française de la poudre de lait écrémé…

 © Bel
Le groupe Bel va plus loin que le non OGM

 

La stratégie du groupe Bel est de…

 © Bel
En 2020, Bel garantit 371 euros pour 1000 litres

Pour la troisième année consécutive, le groupe Bel et l’APBO - Association des producteurs de lait Bel…

Lait : des robots de traite plus rapides et moins énergivores
Machinisme
Les dernières générations de robots de traite disposent de capteurs plus efficaces et de mouvements animés électriquement, au…
Vignette
Avec un tracker solaire : « Notre facture d’électricité a diminué d’un quart »
Le Gaec Hélaine, dans la Manche, a investi en 2017 dans un tracker solaire. L’objectif ? Réduire la facture énergétique en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière