Aller au contenu principal

Étude de l´Institut de l´élevage
Des grands troupeaux laitiers conduits « à la française »

Les grandes exploitations laitières françaises sont très différentes de celles du Nord de l´Europe. La productivité du travail, supérieure à la moyenne française, y reste très inférieure.


A quoi ressemblent les grandes exploitations laitières françaises ? Ce sont très souvent de grandes structures sociétaires - surtout des Gaec - diversifiées, et avec une main-d´oeuvre abondante. Les modes de fonctionnement individuels restent très minoritaires contrairement à ce que l´on peut observer dans les pays du Nord de l´Europe à gros quotas laitiers (Pays-Bas, Royaume-Uni, Danemark).
Si le système de ces exploitations est plutôt intensif, la conduite technique ne les distingue pas de façon marquée des autres exploitations. Ces grandes structures n´ont pas non plus une meilleure efficacité économique : on n´observe pas d´économies d´échelle (hors main-d´oeuvre). Par contre, la fréquence des bas revenus y est plus faible et celle des hauts revenus plus forte. Elles rémunèrent leur main-d´oeuvre familiale à des niveaux bien supérieurs à la moyenne grâce à une meilleure productivité de leur main-d´oeuvre (davantage de lait produit par UTA).

Associations non familiales en hausse
Telle est la conclusion d´une étude de l´Institut de l´élevage, présentée aux journées 3R en décembre dernier.
Cet état des lieux des grandes exploitations laitières françaises s´est appuyé sur les statistiques de bases de données (Onilait, Scees, Rica pour les performances économiques). Ont été considérées comme grandes exploitations celles détenant plus de 420 000 litres de lait ou plus de 80 vaches laitières. On en dénombre 7 500, soit près de 7 % des exploitations laitières françaises. Par ailleurs, une enquête a été réalisée sur la moitié des élevages adhérant au contrôle laitier ayant 110 à 150 vaches sur trois années successives (2001, 2002, 2003), soit 94 élevages.
Au niveau main-d´oeuvre, près de 60 % des exploitations à plus de 80 vaches sont conduites par trois associés ou plus, et seulement 11 % ont un seul chef d´exploitation. « On constate un phénomène nouveau : le développement des associations non familiales », a souligné Emmanuel Béguin de l´Institut de l´élevage. Celles-ci représentent un quart des grandes exploitations ; et surtout leur fréquence a progressé de 36 % entre 2000 et 2003.

Une tendance à l´intensification
Regardons d´un peu plus près les 94 exploitations ayant fait l´objet d´une enquête. Elles produisent en moyenne 826 000 litres de lait avec 124 vaches sur 279 hectares. Le niveau d´étable se situe, toutes races confondues, à 7760 kg.
Ces grandes exploitations emploient 4,4 UTA ; les salariés sont présents dans presque la moitié des exploitations et pèsent pour 15 % des UTA. La productivité du travail calculée sur le rapport du lait livré au nombre d´UTA total est de 188 000 litres en moyenne contre 132 000 litres pour l´ensemble des exploitations laitières. « Elle reste très inférieure à celle des exploitations laitières du Nord de l´Europe (300 à 400 tonnes de quotas par UTA). » L´ensilage de maïs est le fourrage de base dans la plupart des exploitations, quelle que soit la saison. Il représente en moyenne 50 % de la matière sèche fourragère sur l´année. A l´inverse, le pâturage se fait plus rare : l´herbe pâturée représente en moyenne 20 % de la matière sèche fourragère. « Mais si l´augmentation de la taille des troupeaux se traduit par une tendance à l´intensification de la conduite des animaux, il existe une diversité de conduite alimentaire. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière