Aller au contenu principal

Pâturage
Des essais pour mieux cerner les prairies multiespèces

Les prairies multiespèces apparaissent surtout adaptées aux milieux difficiles et peu concurrentiels.


Souvent exploitées en systèmes biologiques, les prairies multiespèces associant diverses graminées et légumineuses, ne se limitent pourtant pas à ce seul mode de production. Les élevages conventionnels peuvent également en tirer beaucoup d´avantages. Qualité et équilibre alimentaire de l´herbe, étalement de la production sur l´année, meilleures résistance aux aléas climatiques et pérennité, économie d´apport azoté, capacité d´adaptation de la prairie à des parcelles hétérogènes, sans oublier le maintien de la biodiversité. Les arguments cités par les adeptes sont nombreux.

Moitié graminées, moitié légumineuses
Cela dit, toute la difficulté réside autour de l´équilibre de telles prairies. « La diversité floristique créée à l´implantation se retrouve rarement au bout de trois ou quatre ans », regrettent certains éleveurs. Le maintien de petites légumineuses, comme la minette, le lotier ou le trèfle hybride pose notamment question. Certaines espèces comme le dactyle ou le trèfle violet peuvent aussi se montrer trop agressives et risquent au contraire d´étouffer la prairie. « Cela doit inciter les éleveurs à la prudence dans le choix et l´élaboration des prairies multiespèces, indique François Hubert, de la Chambre d´agriculture du Maine-et-Loire. La conception du mélange repose sur trois paramètres : le contexte pédoclimatique, le mode d´utilisation de la prairie (fauche, pâturage, etc.) et les performances animales souhaitées. » L´objectif est d´obtenir une prairie composée pour moitié de graminées et de légumineuses. « Mais la composition varie dans le temps. De même, en cours de saison, la proportion de légumineuses évolue ; l´été, elle peut atteindre 50 à 65 %, voire plus. En deçà de deux tiers de légumineuses dans la prairie, on n´observe pas de problème particulier sur les animaux. »
©D. R.


Des essais menés grandeur nature
Les essais menés depuis trois ans à la ferme expérimentale de Thorigné d´Anjou, dans le Maine-et-Loire, permettent des observations fines et grandeur nature. « Nous avons testé six types de prairies multiespèces dans des sols limono-sableux, acides, peu profonds et très pauvres, indique Jean-Paul Coutard, responsable de la station. L´objectif est de voir comment évolue la composition botanique de la biomasse. » Le mélange de base comporte 8 kg de RGA, 10 kg de fétuque élevée, 3 kg de trèfle blanc, 3 kg de trèfle hybride et 3 kg de lotier corniculé, auquel se greffent quelques variantes selon le type de parcelle et son utilisation.

Premier constat encourageant : toutes les espèces semées sont présentes (sauf le pâturin des prés). « Ceci est particulièrement vrai dans des conditions de milieu difficiles, car dans ce cas, la concurrence entre espèces joue peu, note Jean-Paul Coutard. Trois ans après l´implantation, la part des légumineuses oscille entre 30 et 60 %. » En moyenne, la productivité des prairies multiespèces(1) apparaît supérieure à celle de l´association ray-grass anglais - trèfle blanc, avec près de 30 % de rendement supplémentaire, soit un écart de 1,5 tMS/ha. Côté valeurs alimentaires, ces prairies tournent autour
d´1 UFL/ha.
Autres enseignements des essais en 2003 : les prairies ont bien résisté à la sécheresse. « Le lotier, particulièrement bien adapté aux situations difficiles, et le trèfle hybride, représentant 15 à 20 % de la biomasse, ont permis de sauver les meubles ! » Une bonne surprise, puisque cette espèce, réputée peu pérenne, est encore présente en quatrième année.


(1) pour les prairies comprenant une variété de RGA précoce.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière