Aller au contenu principal

Aides directes et paiement unique
Des écarts importants entre exploitations laitières européennes

Résultats de simulations économiques réalisées par l´Inra de Nantes
à partir du réseau d´information comptable agricole des quinze Etats membres à l´horizon 2008.


De 4800 euros dans le Nord de l´Espagne à 63 400 euros dans l´Est du Royaume-Uni ! A l´horizon 2008, le montant moyen d´aides directes par exploitation laitière varie fortement d´un bassin de production à l´autre. Pour des raisons diverses. Il s´élève ainsi à 22 500 euros en France-Ouest (grâce aux primes maïs), à 18 800 euros aux Pays-Bas (grâce au paiement direct quota laitier), à 18 300 euros en Bavière (grâce aux aides directes issues du développement rural et des collectivités territoriales).
Les exploitations laitières spécialisées et en « système herbager » pourraient être à long terme pénalisées par un montant de paiement unique faible. ©A. Conté

Des écarts allant de 140 à 990 ?/ha
Avec un quota laitier modeste, les exploitations laitières du Massif Central perçoivent un montant d´aides directes (très légèrement) supérieur à celui des unités néerlandaises. Tandis que celles de la France-Centre recevront en moyenne 40 000 euros. La moyenne de l´Union européenne à 15 se situe à 22 000 euros(1). C´est ce qui ressort d´une analyse des données du Réseau d´information comptable agricole (Rica) des quinze Etats membres réalisée par l´Inra de Nantes(2).
Là où la grande majorité des 27 bassins de production européens définis par l´Inra se rejoignent, c´est sur le taux de dépendance par rapport aux aides directes : il représentera très souvent plus de 100 % du résultat courant.
Le montant du paiement unique découplé à l´hectare différera lui aussi de façon importante entre bassins de production. Mais il différera également au sein de chacun d´eux, en fonction principalement du niveau d´intensification et du système fourrager. Ainsi que du niveau de diversification : les exploitations diversifiées seront bien dotées. Par exemple en France-Ouest, le paiement unique s´élève à 150 ?/ha en système « herbager » et 425 ?/ha en système « maïs supérieur à 30 % ». En Italie du Nord, le montant se situe à 250 ?/ha en système « herbager » contre 990 ?/ha en système « maïs supérieur à 30 % ». En Allemagne-Bavière, on passe de 240 à 530 ?/ha, et en Espagne du Nord de 375 à 535 ?/ha. Attention, pour faciliter les comparaisons, cette simulation a été réalisée avec l´hypothèse d´un découplage total pour les grandes cultures et la viande dans tous les Etats membres (ce qui ne sera pas le cas). Et avec l´hypothèse que chaque exploitation conservera sa référence historique (ce qui ne sera pas le cas non plus).
(1) Hors modulation. Elle concernera 78 % des exploitations laitières européennes en 2008.
(2) V. Chatellier et V. Jacquerie.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière