Aller au contenu principal

Des difficultés pour reconstituer les trésoreries

Cerfrance Manche. Avec près de 50 euros pour 1000 litres d’écart sur les charges opérationnelles, les résultats 2014 des exploitations de la Manche sont très contrastés.

Les charges opérationnelles ont augmenté de 3,5% et les charges de structure de 8% en 2014.
Les charges opérationnelles ont augmenté de 3,5% et les charges de structure de 8% en 2014.
© J.-C. gunter

Les résultats 2014 du Cerfrance Manche sont le reflet du contexte de volatilité, avec un prix du lait le plus élevé de ces dix dernières années : 387 euros pour 1 000 litres en moyenne, contre 369 euros pour 1 000 litres en 2013. Malgré cela, l’analyse des trois dernières années montre que, pour la Normandie, la moitié des exploitations peine à reconstituer sa trésorerie. Elles se sont améliorées en 2014 pour les quartiles supérieurs mais restent tendues pour le quartile inférieur. « Alors que la campagne 2015 démarre avec un prix du lait en berne par rapport à 2014, la maîtrise technique et le suivi de trésorerie seront la clé pour passer cette période difficile », explique Karine Marie, directrice Conseil Agri du Cerfrance Manche-Calvados. Les résultats économiques et financiers 2014 des exploitations spécialisées lait, clôturés au 31 décembre 2014, publiés par le Cerfrance Manche montrent des bilans contrastés.

Une augmentation de 8 % des charges de structure

Le produit total de l’atelier lait est en augmentation, cela s’explique par une progression du produit lait. Mais le produit viande et les DPU sont en légère baisse, respectivement -2 000 et -1 500 euros. La production laitière a progressé de 40 000 litres en 2014, avec une légère augmentation du nombre de vaches mais surtout une augmentation de 200 litres de la production par vache. Les charges opérationnelles ont augmenté d’environ 3,5 % sur un an, en lien avec les volumes produits. Les charges de structure n’ont pas été diluées par l’augmentation de la production : elles ont augmenté de 8 % par rapport à 2013. Cette augmentation porte principalement sur le poste de mécanisation et les cotisations sociales. Ainsi, malgré une nette progression du produit lait, l’EBE reste stable, autour de 175 à 180 €/1 000 l. « Mais la rentabilité des système est uctuante selon la taille des structures. L’EBE varie de 153 à 181 €/1 000 l», précise Karine Marie. En matière de trésorerie, les annuités ont augmenté de 6,3 %...

Retrouvez l'intégralité de 'larticle dans le numéro de juillet-août de Réussir Lait, page 77.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Les tourteaux tannés sont indispensables pour maximiser les performances de production laitière et de TP, souligne Jérôme Larcelet, consultant nutrition chez Seenorest. © C. Pruilh
Comment booster le taux protéique par l'alimentation ?
Améliorer le taux protéique sans hausse des coûts ni des rejets d'azote dans l'environnement. C'est l'équation à rechercher pour…
Jérémie Combes et Arnaud Vigier. « Pour s’adapter au changement climatique, il faudra rendre le système de production compatible avec ce que nous serons capables de produire. » © B. Griffoul
[Changement climatique] « Semer des dérobées n’est pas une fin en soi »
Dans le Cantal, pour refaire ses stocks de sécurité pour ses 75 vaches laitières, le Gaec de Celange a semé l’an dernier du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière