Aller au contenu principal

Des différences d’impact importantes entre systèmes laitiers

Les systèmes herbagers de montagne tirent leur épingle du jeu pour les aides PAC après 2015.
Les systèmes herbagers de montagne tirent leur épingle du jeu pour les aides PAC après 2015.
© E. Bignon

D’après les résultats des simulations réalisées par l’Institut de l’élevage sur les aides PAC post-2015 (présentés le 11 mars dernier), les décisions nationales de réforme de la politique agricole commune (qui sont encore partielles) font baisser en moyenne de 5 % les aides directes des exploitations laitières. Ces simulations sont conduites à partir du Rica 2011 avec une baisse budgétaire de 5 % entre 2011 et 2019. Elles intègrent une aide protéique de 60 € pour les prairies cultivées.
« C’est en élevage laitier que la différence d’impact entre les systèmes est la plus nette, aussi bien chez les spécialisés que chez les polyculteurs-éleveurs », affirme Christophe Perrot, de l’Institut de l’élevage.

 

Baisse des aides importante pour les systèmes intensifs en plaine


Les élevages laitiers intensifs de plaine accusent en 2019 une baisse des aides directes allant de -4 à -14 % suivant leur niveau de DPU par hectare et la surface par part PAC ; la moyenne se situe à -9 %. Les plus fortes baisses sont observées sur les polyculteurs-éleveurs de zone non défavorisée (-18 %), alors que les polyculteurs-éleveurs de zone défavorisée simple voient ces pertes compensées (+3 % de variation d’aides) grâce à l’ICHN si le zonage n’est pas modifié en 2018… L’impact sur les élevages de plaine avec taurillons (de -12 % à +1 %) dépendra aussi de l’aide à l’engraissement et de leur localisation (zone défavorisée ou pas).
En revanche, les herbagers de plaine voient leurs aides augmenter (+9 %). Mais ceux qui tirent leur épingle du jeu sont les herbagers de montagne (+20 % avec des écarts allant de 15 à 30 %) et les élevages semi-intensifs de piémont (+18 %). Les polyculteurs-éleveurs de zone défavorisée simple s’en sortent (+3 %) grâce à l’ICHN.

Les plus lus

Eleveur veau moins de quinze jours niche individuelle
Veaux laitiers : « Je ne connais ni les diarrhées ni les problèmes pulmonaires »

À la SCEA des vertes prairies, en Seine-Maritime, Nicolas Banville concentre ses efforts sur la préparation au vêlage et la…

Pièce de monnaie
Prix du lait : Sodiaal payera 485 €/1 000 l pour 2023 en conventionnel

En conférence de presse le 4 avril, Damien Lacombe, président de Sodiaal, a annoncé 14,4€/1000 litres de ristournes pour les…

Éleveuse veaux pouponnière
« J’utilise zéro antibiotique pour élever mes veaux laitiers »

Dans les Côtes-d’Armor, le Gaec Restquelen enregistre 3,3 % de mortalité périnatale sur les quatorze derniers mois. Les…

Yohann Barbe, président de la FNPL élu le 8 avril 2024
Yohann Barbe, nouveau président de la FNPL : « Nous ne devons plus perdre ni litre de lait, ni actif pour le produire »

Yohann Barbe, éleveur dans les Vosges, a été élu président de la FNPL le 9 avril. Il livre sa feuille de route à Réussir Lait…

récolte de sainfoin
Le sainfoin, une légumineuse fourragère pas comme les autres

Cousin de la luzerne, le sainfoin est une légumineuse non météorisante qui aime les sols calcaires et séchants. Riche en…

concours inter race Space 2023
Concours vaches laitières : une nouvelle catégorie fait son apparition pour toutes les races

Pour les organismes de sélection français, il s’agit avant tout d’intéresser le grand public au concours de génétique bovine…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière