Aller au contenu principal
Font Size

Alimentation des génisses
Des déséquilibres minéraux pénalisent la croissance squelettique, la fertilité...


« Quand il y a une carence en minéraux, on s´en aperçoit trop tard. On a déjà pénalisé la croissance squelettique. », prévient Philippe Brunschwig, de l´Institut de l´élevage. Pour François Meschy, spécialiste à l´Inra des recherches portant sur les minéraux, il y a deux points clés à ne pas perdre de vue. D´une part, « le stock osseux en phosphore et calcium au premier vêlage doit être suffisant pour pallier l´importance des exportations de ces éléments dans le lait. » A partir d´un niveau de production « de 6 000 à 7 000 kg de lait, la ration n´apporte plus suffisamment de calcium pour couvrir les exportations ». Si le stock osseux est insuffisant, cela peut provoquer des maladies métaboliques ou « fragiliser le squelette de l´animal par fonte osseuse après plusieurs lactations ».
Sept fois plus de calcium
D´autre part, le zinc et surtout le manganèse sont deux oligo-éléments indispensables à la fertilité. « Des études américaines ont montré qu´un apport insuffisant en minéraux et en particulier en manganèse autour de la puberté hypothèque les performances de reproduction des vaches adultes », souligne François Meschy.
Les besoins en minéraux varient avec l´âge et le stade physiologique de l´animal. Pour les couvrir, la complémentation sera fonction des apports de la ration de base. Et ces derniers sont très variables. Par exemple, la luzerne contient sept fois plus de calcium (15 g/kg de MS) que l´ensilage de maïs (2 g/kg de MS). « Pour le zinc et le manganèse, le taux de couverture n´est généralement que de l´ordre de 30 % et 80 % respectivement ». Plus il y a de concentrés dans la ration, plus on apporte de phosphore, « mais il n´y a que très peu de calcium ».
Les autres minéraux (magnésium.) et oligo-éléments doivent également être distribués en quantités suffisantes et régulièrement. « Les cures ne doivent pas se substituer à un apport régulier, si possible quotidien. »


Consommation hétérogène
De son côté Philippe Brunschwig « attend des résultats d´essais qui montreraient l´intérêt des bolus de minéraux, car c´est coûteux ».
En hiver, les apports sous forme de granulés ou semoulette conviennent. « Au pâturage, c´est plus compliqué », reconnaît Philippe Brunschwig, qui préconise l´utilisation d´oligoblocs ou de seaux à lécher mais avec une limite : « la consommation du minéral peut-être hétérogène ».
Pour optimiser les apports, l´Inra a réactualisé en 2007 les valeurs en minéraux de tous les aliments répertoriés dans son livre « Alimentation des bovins, ovins et caprins ». Par ailleurs, « le groupe Génisses » inter-régional (Bretagne, Pays-de la Loire, Normandie) « va proposer au premier trimestre 2008 une plaquette sur l´alimentation minérale des génisses », annonce Romain Guibert, technicien à la chambre d´agriculture de Mayenne en charge de coordonner le projet.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière