Aller au contenu principal
Font Size

Bâtiments d´élevage
Des constructions en bois résistantes, esthétiques et faites pour durer

Massif ou reconstitué, en structure ou en parement, le bois présente aujourd´hui des qualités techniques compétitives par rapport aux autres matériaux.


Actuellement en France, environ 35 % des constructions de bâtiments agricoles se font en bois, a t-on appris lors d´un colloque sur ce sujet ayant eu lieu dans le cadre du Space 2003.
Mais le bois pourrait retrouver une place parmi les matériaux les plus performants, grâce à des évolutions de la filière au cours des dix dernières années. Aujourd´hui le bois est toujours mis sur le marché en tant que matière qualifiée par rapport à sa résistance mécanique. Des marques se sont aussi développées et à partir de 2004, le respect d´une norme européenne sera obligatoire. Les techniques d´assemblage des bois avec des plaques métalliques, des inserts métallo-collés, des collages... sont aussi maîtrisées. Et le développement du numérique appliqué au calcul du trait du charpentier a permis l´industrialisation progressive de la fabrication des bois reconstitués (le lamellé collé, le bois massif reconstitué, et le lamibois). Ces produits en net développement sont fiables et disponibles en grande quantité.

« Le premier atout du bois est son rapport entre sa résistance et sa densité. Sur ce critère, il se place loin devant les autres matériaux de construction », explique Dominique Millereux de l´Association des constructeurs de bâtiments agricoles en bois.
©E. Bignon


La résistance au feu est un des atouts du bois
Pour loger des bovins, le bois a aussi l´avantage de bien résister aux acides et aux bases contenues dans les déjections, dans des conditions normales d´utilisation. Qualité bien connue, c´est un très bon isolant thermique par rapport au béton ou au métal. A épaisseur égale, il est quinze fois plus isolant que le béton et le phénomène de condensation est supprimé.
La qualité acoustique dans un bâtiment en bois, la chaleur de la lumière, favorisent le confort des animaux comme de l´éleveur.
« Pour juger du coût au mètre carré d´un bâtiment en bois, il faut le mettre en balance avec sa longévité. Un bâtiment pour bovins est censé durer - à la différence des bâtiments hors sol par exemple qui évoluent en dix ans - et pouvoir se transmettre à ses successeurs. Il faut aussi intégrer à la réflexion l´intérêt du bois du point de vue du confort, de l´esthétique et de l´intégration paysagère. » Ce coût est aussi à relativiser par rapport aux autres investissements de l´exploitation.

Un bâtiment en bois est durable à condition de respecter certaines règles de base au moment de sa conception, dans le détail de structures, le choix des essences, et les traitements de préservation. « Sauf cas particulier des bois traités selon des savoir-faire particuliers, le bois ne doit pas être en contact direct avec le sol pour éviter qu´il s´imprégne d´eau », explique Dominique Millereux.
Il existe des essences naturellement durables, la plus courante étant le pin douglas, et des bois résineux traités par autoclave avec certificat à l´appui. Ces deux types de bois n´ont besoin d´aucun entretien pour garantir leur durabilité, l´évolution de leur couleur vers le gris ou le gris vert avec le temps étant normale et sans conséquence. Contrairement à ce qu´on pourrait croire de prime abord, la résistance au feu du bois est un de ses atouts : une couche de charbon se forme en périphérie et la progression est lente et prévisible, contrairement à ce qui se passe avec du métal, ce qui facilite le travail des pompiers.

Grande liberté d´expression architecturale
« Le bois permet une grande liberté d´expression architecturale et se prête aussi particulièrement bien à l´aménagement de l´existant », relève Gildas Galais, architecte en Bretagne. Le bois a aussi des qualités sur le plan de la préservation de l´environnement.
C´est le seul matériau de construction renouvelable, sa production et sa transformation sont peu consommatrices d´énergie par rapport aux autres. Son utilisation permet de prolonger le rôle fixateur de carbone de la forêt (lutte contre l´effet de serre). Construire un bâtiment en bois, c´est participer à une filière économique, saine et écologique.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière