Aller au contenu principal
Font Size

Des clôtures virtuelles à l'étude

Un herbomètre connecté aux colliers des vaches en lieu et place des clôtures, ce n'est plus tout à fait de la science fiction: l'Institut de l'élevage y travaille avec des centres de recherche irlandais (Teagasc) et écossais (SRUC). Le projet s'appelle ICT Grazing Tools. "L'idée est de créer un lien entre une mesure de hauteur d'herbe géopositionnée et une clôture virtuelle. Et d'envoyer directement au collier de la vache un signal lui indiquant là où elle peut pâturer et là où elle ne peut pas," explique Éric Pottier de l'Institut de l'élevage.

Un outil de mesure connecté au smartphone

"La mesure automatique de la hauteur d'herbe existe depuis pas mal d'années. Une première étape consiste à équiper l'herbomètre d'un GPS qui permet de géolocaliser chaque mesure." Ces mesures sont directement transmises sur le téléphone portable puis transférées à une base de données web sur laquelle auront été rentrées la cartographie de l'exploitation, la nature de chacune des surfaces... Ainsi, l'appareil est capable de reconnaître la parcelle sur laquelle la mesure est en cours, et il dispose d'une vision 3D du couvert. "L'objectif n'est pas seulement de fournir à l'éleveur la biomasse dont il dispose, mais de lui indiquer le positionnement optimal des piquets de clôture pour assurer la ration optilmale du troupeau (1)", précise-t-il. Cet outil de mesure optimisé est opérationnel sur androïd depuis la fin de l'année.

La seconde étape consiste à connecter cet outil au collier de la vache. "On est aujourd'hui capable d'envoyer l'information à la vache. Mais il reste encore à mettre au point une 'punition' dissuasive, un signal sonore ou une vibration par exemple, permettant d'orienter l'animal dans la bonne direction". Le principe de la clôture virtuelle est déjà testé en estive avec des troupeaux allaitants, mais il n'est pas encore au point. Et les chercheurs ont encore du pain sur la planche pour disposer d'une clôture virtuelle suffisamment précise pour être utilisable en  systèmes de pâturage intensif. L'objectif de ces outils est bien de faciliter une gestion maximisée du pâturage "avec du pâturage rationné, basé sur des temps de séjour court".

A. C.

(1) Il permet aussi de moduler la fertilisation à l'instar de ce qui se fait en grandes cultures.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière