Aller au contenu principal

Collecte européenne
Des cheptels étoffés en prévision de la hausse de quotas

La production européenne s´est réanimée dans de nombreux pays grâce à la hausse du prix du lait et à la perspective probable d´une hausse des quotas. Certains devraient dépasser leur référence.


En 2007, la collecte laitière européenne a été stable par rapport à 2006. Elle n´a pas regagné le terrain perdu en 2006, malgré la nouvelle hausse de 0,5 % de quota dans la plupart des anciens États membres. « L´année 2007 a été marquée au second semestre par une forte hausse du prix du lait qui a réanimé un secteur qui doutait de son avenir. La production a été relancée dans de nombreux pays, qui pourraient terminer la campagne 2007-2008 avec un dépassement de quota », pointe le rapport de l´Institut de l´élevage sur la campagne 2007-2008 et les perspectives 2008.
L´Allemagne, les Pays-Bas en font partie. La plupart des éleveurs s´acheminent vers un dépassement de leur référence, estimant que les pénalités pour dépassement sont moins onéreuses avec un prix du lait à plus de 400 euros la tonne.
En outre, la hausse probable de 2 % du droit à produire sur la campagne 2008-2009 a incité des éleveurs à étoffer leur troupeau.
A l´heure du bilan 2007-2008, la République d´Irlande devrait également dépasser sa référence. Les conditions climatiques particulièrement humides et froides de l´été n´ont pas empêché le pays de coller à sa référence fin 2007. Un dépassement de quota n´est pas à exclure si la mise à l´herbe se fait précocement, car les éleveurs disposent de cheptels étoffés.


Reprise tardive en France
L´Autriche et l´Italie dépasseront leur quota comme tous les ans. En Italie, la collecte, qui avait démarré mollement, s´est redressée sur l´hiver grâce à un cheptel étoffé et un prix du lait en forte hausse. Le Danemark devrait coller à sa référence, comme lors de la campagne précédente.
La France devrait terminer la campagne avec une sous-réalisation de 300 à 400 000 tonnes. La collecte avait démarré encore plus faiblement que les années précédentes, du fait notamment d´un cheptel réduit. Rappelons que la filière a imposé une sur-maîtrise lors des deux campagnes précédentes, qui a incité de nombreux éleveurs à limiter au strict minimum leur cheptel. Pour réduire les coûts de production, le pâturage a été privilégié alors que la qualité de l´herbe était souvent médiocre. La reprise de la collecte a été plus tardive que dans les autres pays, en raison du système de recommandation du prix du lait qui lisse les évolutions de prix. La collecte a augmenté de 6,8 % en janvier et de 9 % en février. La reprise est très marquée dans le Grand Ouest, significative dans le Nord et l´Est malgré la fièvre catarrhale. Par contre, une déprise laitière apparaît en Auvergne, Limousin etdans les zones céréalières du Sud-Ouest, Centre, Champagne-Ardenne, Bourgogne, Poitou-Charentes.

La France devrait terminer la campagne avec une sous-réalisation de 300 à 400 000 tonnes. ©S.Leitenberger

Déclin dans quelques pays
Au Royaume-Uni, la production décline. Le pays s´oriente vers une sous-réalisation encore plus prononcée que les précédentes : 5 % contre 3,3 % sur 2006-2007. En Finlande et en Suède, le déclin se confirme aussi, avec une collecte en recul de 3 et 6 % respectivement sur les neuf premiers mois de la campagne. La sous-réalisation devrait être de 6 et 12 % du quota national.
En Espagne, la forte hausse du prix des aliments a incité les éleveurs en système hors sol à lever le pied, et la restructuration des exploitations est toujours forte. La très forte hausse du prix du lait sur le second semestre 2007 a réanimé la production, mais ne suffira pas à la maintenir. La campagne devrait s´achever avec une sous-réalisation accrue par rapport à la campagne précédente : 3 % contre 1,5 % sur 2006-2007.
La Pologne devrait accroître sa sous-réalisation sur 2007-2008 de 3 à 4 %, contre 2,5 % pour la campagne 2006-2007. Le recul de la collecte est dû aux conditions climatiques très défavorables aux systèmes herbagers, très répandus dans le pays. Les pays baltes afficheront une sous-réalisation importante, comme pour la dernière campagne. La reprise de la collecte est nette en République tchèque, qui devrait produire son quota, et en Slovaquie, qui devrait limiter sa sous-réalisation. En Hongrie, la collecte se stabilise, après avoir connu une forte baisse l´an dernier (-10 %). La sous-réalisation reste la plus forte de l´UE : 17 % du quota national.


* D´après le rapport de l´Institut de l´élevage « 2007 : L´année économique laitière. Perspectives 2008 »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière