Aller au contenu principal

Des chemins résistants conçus avec des matériaux locaux

Calcaire, pelouse synthétique, béton... avec plusieurs centaines de vaches qui parcourent jusqu’à deux kilomètres par jour, les éleveurs investissent beaucoup dans la qualité et l’entretien de leurs chemins.

Les 450 vaches croisées de l'élevage Garrett Farm retournent paisiblement vers leur stabulation. De petit format (450 à 500 kg), elles marchent d'un pas assuré sur des pieds solides. À deux ou trois exceptions près, aucune ne boite. L'exploitation compte près de quatre kilomètres de chemin. Les 800 mètres de chemin qui séparent le bâtiment de la salle de traite ont été réalisés avec de la pierre calcaire de 20 millimètres de diamètre. Des essais avec des pierres de 40 millimètres ne se sont pas révélés concluants (blessant pour les pattes). L'éleveur a également testé et écarté la solution copeaux de bois parce qu'il y a trop d'épines dedans. « Je dois entretenir ce chemin tous les ans parce que c'est le plus emprunté par les vaches, en particulier tout l’hiver pour relier le bâtiment de couchage à la salle de traite. Il faut 1000 tonnes de pierre pour refaire les 800 mètres de chemin. La pierre coûte 18 euros la tonne. C'est cher mais moins que si j'utilisais du béton (80 000 euros) et je ne dipose pas de cailloux dans mon sous-sol », souligne Derek Garrett en réajustant sa casquette. Le soleil est en effet de retour depuis seulement deux jours. Malgré des conditions climatiques particulièrement défavorables cette année (pluies abondantes jusqu'en avril...), le chemin est resté globalement en bon état. « Nous avons juste mis un peu de mauvais foin par endroit pour éponger l'excès d'humidité. Et nous mettons du béton sur les parties des chemins qui restent à l'ombre pour éviter que l'humidité stagne à ces endroits."

Du béton sur les parties ombragées des chemins

Une des grandes particularités de cette exploitation familiale est l'investissement dans un chemin bitumé. Parallèle à celui des vaches, il est destiné aux passages du camion citerne (coopérative Omsco), des tracteurs et autre véhicules utilitaires.

Pour limiter les coûts, les éleveurs privilégient des matériaux locaux. Sur la ferme de Bisterne Estate (500 vaches), les chemins d’accès aux paddocks sont fabriqués avec un mélange à base d’argile sans pierre, de calcaires oolithiques et de graviers récupérés localement. Hallan Smith a également eu l’opportunité d’acheter des plaques de béton (2 x 2 m) à 50 euros la pièce. Certaines ont été installées à proximité de la stabulation à logettes. Il a également récupéré de la pelouse synthétique pour terrain de sport. Les mauvaises conditions climatiques de l’hiver et du début de printemps semblent cependant avoir accéléré la détérioration du tissu. L'absence de recul pose question quant à la résistance de ce matériau dans le temps.

Inflation sur le prix des traverses de chemin de fer

Suite à une mauvaise expérience avec des gravats de démolition, peu onéreux mais trop agressifs pour les pattes, Matt Boley (350 vaches croisées) a changé son fusil d'épaule. Cette année, il a lui aussi investi dans des rouleaux de pelouse synthétique. Un déchet dont la cote grandissante dans les élevages risque d'avoir un effet pervers sur son prix. « Je n'ai payé que le transport. Sinon, le rouleau de 750 kg (10 m linéaires ) coûte 45 euros et le prix risque d'augmenter parce qu'il y a de plus en plus de demande », souligne l'éleveur. Lequel étaye ses propos en citant le cas d'un éleveur écossais qui a déboursé 115 euros par rouleau. Matt Boley estime qu'en l'absence de passages de tracteurs, ce matériau peut être utilisé bien plus de trois ans. « On peut également remettre du sable dessus si nécessaire. »

Matt a également récupéré des traverses de chemin de fer en béton. « Il y a 10 ans c'était gratuit. Il fallait juste payer le transport. Aujourd'hui, la demande est telle qu'une traverse coûte 11 euros. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
De meilleures carrières avec des vêlages précoces
La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière