Aller au contenu principal

Des capteurs pour piloter le troupeau avec précision

Les innovations technologiques foisonnent et la panoplie de capteurs aujourd’hui à la disposition des éleveurs a de quoi donner le tournis. Gadgets ou véritables opportunités ? Tour d’horizon des outils existants et retour d’expériences.

Une nouvelle
dimension
pour la conduite
du troupeau
Une nouvelle
dimension
pour la conduite
du troupeau
© F. Mechekour
Les technologies se développent à la vitesse grand V en élevages laitiers. Pas une année ne passe sans qu’une nouvelle application ne voit le jour. Les récents salons agricoles témoignent de ce bouillonnement d’innovations. Bien sûr, toutes ne connaîtront pas le succès et leur déploiement sur le terrain ne se fera pas du jour au lendemain.

Mais il n’empêche : les éleveurs sont bel et bien en train de s’approprier toute une nouvelle génération d’outils qui les propulse dans l’ère de l’élevage de précision. « Ce concept est en quelque sorte le pendant de l’agriculture de précision avec son lot de capteurs et de systèmes de géolocalisation embarqués pour les tracteurs, illustre Clément Allain, de l’Institut de l’élevage. L’élevage de précision recourt à la fois à des identifiants électroniques sur les animaux, des capteurs qui mesurent des paramètres comportementaux, biologiques, ou zootechniques sur les vaches, et à des technologies de transmission de l’information pour échanger, transformer et restituer ces données à l’éleveur. Sans oublier l’automatisation des tâches contraignantes. »

On pense évidemment aux robots de traite avec leur cortège de capteurs (compteurs à lait, débitmètres, conductimètres, balances, DAC…), dont les ventes s’accélèrent depuis le milieu des années 2000.
Mais aussi à d’autres outils de monitoring pour détecter les chaleurs, les vêlages, les troubles infectieux et métaboliques.

Ce déploiement important répond en fait au contexte actuel et aux attentes des exploitants. Comme le fait remarquer Fabrice Guérot, du Gaec de la Voie Lactée en Mayenne, à la tête d’un troupeau de 120 laitières, « le monitoring est une solution d’avenir pour des élevages comme le nôtre. Le nombre de vaches ne permet plus un suivi individualisé et le week-end, nous nous remplaçons les uns les autres. Se faire aider de capteurs est pratique et sécurisant ».

Ces outils fournissent des informations multiples, continues et objectives. Ils permettent de parvenir à une meilleure efficience, de gagner du temps et d’améliorer les conditions de travail. Les éleveurs passent moins de temps au suivi du troupeau dans sa globalité et concentrent davantage leurs efforts sur les alertes et la gestion des vaches nécessitant une attention particulière.

Au-delà des gains d’efficacité et de fiabilité, les nouvelles technologies élargissent aussi le champ des possibles, les capteurs mesurant de nouveaux paramètres non détectables par l’oeil humain, tels que la température ou le pH ruminal, la composition du lait…

La fiction rattrape-t-elle la réalité ? Demain, l’éleveur se contentera t-il de commander une armée de robots devant sa tablette? « Les technologies de précision aident l’éleveur à prendre ses décisions en toute connaissance de cause et au moment le plus opportun, conclut Clément Allain. Pour autant, elles ne remplacent pas l’éleveur dont la place reste évidemment centrale dans l’interprétation des données. »

SOMMAIRE du dossier


Page 32 - L’élevage de précision, piège ou opportunité ?

Page 36 - Institut de l’élevage : Panorama des principaux outils disponibles sur le marché

Page 42 - Reportages et témoignages : Vel’phone, Herd Navigator, DLM, e-traite, bolus GpH, Ruminact...

Page 52 - Indicateurs acétonémie, déficit énergétique... Le lait, une source d’informations loin d’être tarie
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
Matthias Frei, éleveur en Gaec dans les Vosges
"A cause des sécheresses, nous élevons moins d'animaux"
Matthias Frei, en Gaec dans les Vosges avec des vaches laitières et allaitantes, témoigne d'un été qui pénalise encore les…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière