Aller au contenu principal

« Bâtiments : Le confort des vaches est la première priorité »

Toute erreur peut coûter très cher dans la conception des bâtiments adaptés aux grands troupeaux. Dans ce dossier, des spécialistes et éleveurs - français et allemands - font part de leur expérience dans ce domaine.

Plusieurs visions des bâtiments pour grands troupeaux
Plusieurs visions des bâtiments pour grands troupeaux
© C. Reibel

 

Christiane Brandes, directrice d’InnovationsTeam, le plus important bureau d’études privé en Allemagne, défend un modèle de bâtiment rationnel et économique.

 

Pourquoi construire des stabulations de plusieurs centaines de vaches ?

Christiane Brandes - « La demande des éleveurs allemands va dans ce sens. Ils veulent gagner de l’argent. Et ce sont les grands troupeaux qui en font gagner le plus en comprimant les coûts d’investissement et de fonctionnement à la place. Ne vaut-il pas mieux qu’une salle de traite tourne 21 heures par jour pour 1 200 vaches que 4 heures pour 200 vaches ? Un tel élevage supporte mieux des prix du lait bas. Même à 190 €/1 000 litres, ces élevages n’ont pas été dans le rouge en 2008. Dans le contexte laitier actuel, leurs bilans sont florissants. Une exploitation de type familial obtient le plus souvent seulement un niveau de revenu moyen. Beaucoup d’éleveurs ont encore des bâtiments de 120 vaches enclavés dans les villages. Construire du neuf est plus simple que d’agrandir. Ces éleveurs préfèrent tout de suite passer à 600 vaches (le seuil d’une installation classée) et plus, pour pouvoir payer des personnes qui traient en 3x8. En fait, 200 vaches c’est déjà trop pour une exploitation familiale, mais 400 ce n’est pas assez pour occuper des salariés rationnellement. »

 

■ Quelles sont, selon vous, les caractéristiques d’un bon bâtiment ?

C. B. - « Il y en a trois. Le confort des vaches est la première priorité pour qu’elles expriment tout leur potentiel génétique. Elles n’aiment pas les murs trop hauts, les coins sombres, les rebords, les sols glissants. Deuxièmement, ce bâtiment doit permettre une forte productivité. La production de 450 000 litres par salarié est un minimum, en sachant que les meilleurs élevages parviennent à un million de litres. C’est pourquoi tout doit être organisé pour que le travail du salarié soit le plus efficace possible. Enfin, les coûts doivent être les plus bas possibles. »

 

■ Vous préconisez aussi de séparer vaches et bâtiment de traite…

C. B. - « Les hommes et les vaches n’ont pas les mêmes besoins. Une vache veut de l’air frais et un couchage agréable. Elle supporte les -20 °C. Il faut simplement la nourrir plus. La salle de traite doit être confortable, lumineuse et tempérée pour les hommes car c’est leur poste de travail. Il ne faut pas oublier que la traite est une contrainte de plus en plus mal acceptée. »

 

■ De tels bâtiments sont-ils envisageables en France?

C. B. - « Les mentalités des éleveurs allemands et français sont différentes. J’ai l’impression que la France en est aujourd’hui au stade où l’Allemagne était en 1990. À l’époque, les éleveurs d’Allemagne de l’Ouest ont vu avec la réunification qu’on pouvait avoir des troupeaux de 500 vaches et plus dans le même bâtiment. Cela a été un déclic. Nous avons été sollicités il y a trois ans pour un projet de 1 000 vaches en Picardie. C’est un dossier très difficile. Mais s’il se concrétise, ce sera un exemple que l’on viendra voir, et je suis alors persuadée que ce ne sera pas le dernier en France. »

 

Propos recueillis par Christophe Reibel

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière