Aller au contenu principal

Des actions pour revaloriser le prix du lait 2017

Manifestations, blocages, rencontres, sur les sites d’Agrial, Sodiaal, Laïta… Suite aux actions menées mi-juin à l’appel de la FNPL, les coopératives avaient annoncé qu’elles pourraient améliorer le prix du lait sur le second semestre, à condition que leurs clients — distributeur et restauration hors foyer notamment — acceptent une révision de leurs tarifs d’achat. Le prix pourrait osciller entre 330 et 340 euros pour 1 000 litres cet été. "Nous n’affichons pas un prix d’atterrissage 2017, car nous espérons bien améliorer nos tarifs. Nous sommes en négociation avec nos clients pour faire valoir la très forte hausse du prix de la matière grasse laitière et la légitime attente des producteurs en matière de prix du lait. Les hausses de tarifs ont eu lieu chez nos voisins européens : elles doivent intervenir aussi en France", insiste le président de Sodiaal.

L’objectif de la FNPL était d’anticiper la hausse du prix du lait que laisse espérer l’amélioration des marchés et de mettre un coup d’accélérateur sur le prix du troisième trimestre. Fin juin, l’espoir était permis. La distribution se disait prête à agir pour les éleveurs en crise. Certains distributeurs se sont même positionnés en défenseur du retour de rémunération aux éleveurs, comme Système U ou Lidl. Ce dernier communique sur "l’application du dispositif de la Loi Sapin II à tous ses contrats entrant dans le champ d’application" […]. Il annonce "la mise en place de la Charte Lidl en faveur d’une juste rémunération aux éleveurs".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Florian Salmon. « La diversité des systèmes de production rend plus difficile l’investissement collectif en matériel. »  © F. Mechekour
« Je cible mes investissements sur l’atelier lait »
En Ille-et-Vilaine, Florian Salmon a misé sur des robots de traite, la délégation de la distribution de la ration des vaches, le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière