Aller au contenu principal
Font Size

DÉLÉGUER POUR TRAVAILLER MOINS ET MIEUX

Confier à d’autres certaines tâches permet de dégager du temps, plus souvent qu’on le croit sans perdre d’argent, et parfois même en en gagnant.

LA DÉLÉGATION IMPLIQUE
DE FAIRE CONFIANCE
AUX AUTRES
LA DÉLÉGATION IMPLIQUE
DE FAIRE CONFIANCE
AUX AUTRES
© F. Mechekour

Les conditions de travail et l’astreinte quotidienne sont une préoccupation majeure en élevage laitier. La comparaison avec les autres catégories socioprofessionnelles, l’agrandissement des structures et la raréfaction de la main-d’oeuvre se conjuguent pour accentuer un malaise qui pousse parfois jusqu’à l’abandon de la production laitière. Fort heureusement, de nombreuses solutions existent pour alléger le volume et la pénibilité du travail, réduire le stress en période de pointe… Et, cerise sur le gâteau, ces leviers s’avèrent le plus souvent rentables sur le plan économique soit parce qu’ils coûtent moins cher, soit parce qu’ils permettent de recentrer ses efforts sur le troupeau laitier et donc d’améliorer l’efficacité du système.

La délégation partielle ou totale des cultures à une Cuma, une entreprise de travaux agricole ou à un voisin particulièrement bien équipé est une solution qui a fait ses preuves dans bon nombre de cas, à condition bien sûr d’éviter l’écueil du suréquipement. Mettre en pension ses génisses en est une autre, mais beaucoup moins répandue. Cette solution peut s’avérer plus coûteuse de prime abord. Mais, lorsque la délégation permet d’améliorer les performances de l’atelier lait, la qualité de l’élevage des génisses, de baisser la densité d’animaux dans les bâtiments… le calcul redevient vite favorable.

La ferme expérimentale de Trévarez dans le Finistère a expérimenté avec succès le passage à une distribution hebdomadaire de l’ensilage de maïs avec une désileuse-cube (lire Réussir Lait élevage de février 2009, page 61). Sur un troupeau de soixante vaches, on peut espérer un gain de 30 à 40 %, (1 h30 à 3 h 00 par semaine, selon la situation de départ) sur le temps passé à l’affouragement des vaches sans modifier leurs performances laitières.

Une autre solution consiste à déléguer complètement l’alimentation des vaches à une Cuma équipée d’une desileuse automotrice. Cette solution très pratique peut parfois nécessiter des modifications importantes au niveau de l’accès à la stabulation, aux silos… Les tâches administratives pèsent de plus en plus dans la charge de travail. Mais attention, leur délégation est délicate parce que l’on ne « possède plus ses chiffres ». Quoi qu’il en soit, c’est toujours mieux que de se laisser noyer « sous la paperasse » et de ne pas remplir ses obligations réglementaires. Dans tous les cas de figure, pour répondre aux attentes, la délégation implique de faire confiance aux autres. Ce n’est pas toujours facile, mais cela vaut vraiment la peine de s’y pencher. ■

Sommaire

Page 36 : « Ne plus distribuer la ration est un vrai soulagement » - Cuma de Colombiès dans l’Aveyron

Page 38 : Moins de travail d’astreinte et un rationnement optimisé - Enquête en Ille-et-Vilaine

Page 40 : « J’ai gagné en qualité de vie en déléguant les cultures » - Olivier Vaast dans le Pas-de-Calais

Page 43 : « Déléguer les travaux gourmands en puissance est rentable » - D. Guého, FDCuma 56

Page 44 : Faire élever ses génisses : des précautions sont nécessaires - Étude au cas par cas

Page 48 : « Déléguer une partie des papiers pour mieux suivre l’élevage » - Dans le Finistère

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière