Aller au contenu principal

Décrypter la flore des prairies

Observer la prairie, décoder sa végétation, peut renseigner sur la nature et le fonctionnement du sol, parfois sur ses dysfonctionnements et aussi sur la climatologie et les pratiques de l’éleveur.

Bruno Osson du Gnis.
Bruno Osson du Gnis.
© F. d'Alteroche

« Pour être indicatrices d’une situation, les plantes doivent être présentes en abondance, souligne d’emblée Bruno Osson, du Gnis. Une plante peut être présente sans participer grandement à la biomasse. Il est important de repérer la présence des espèces, mais aussi leur abondance et leur intérêt fourrager. » La présence spontanée d’une espèce n’est pas le fruit du hasard. Elle dépend de quatre facteurs.


1 - Le type de sol par rapport à l’eau


Le sol peut être humide ou sain en hiver, séchant ou frais en été. Les plantes qui, dans ces conditions, rencontrent un facteur limitant leur développement disparaissent alors. Une plante comme le dactyle, par exemple, est sensible aux excès d’eau et ne supporte pas les sols hydromorphes.

 

2 - Le niveau de fertilité et de fertilisation


Bien pourvu et amendé, le sol est favorable aux espèces nobles comme le ray-grass anglais, le dactyle, les fétuques. Le rumex et le chardon aiment aussi les sols riches. Un sol potentiellement riche mais limitant en azote est favorable aux légumineuses (trèfles, lotier, vesce…). Lorsqu’au contraire, l’agriculteur apporte de l’azote mais que les bases P et K sont faibles, les espèces nitrophiles telles que la houlque laineuse, l’ortie, le mouron tirent leur épingle du jeu. Enfin, la flouve odorante, le fromental, la crételle apprécient les sols pauvres.

 

3 - La profondeur de fertilité


C’est un facteur moins connu mais dont l’influence est loin d’être négligeable. En prairie non labourée, la fertilité peut se concentrer en surface, favorisant alors les espèces dont les racines sont superficielles et donc plus sensibles à la sécheresse ou à l’arrachement. Ce sont les pâturins communs ou encore la houlque. Sur ce point, le vers de terre est un véritable auxiliaire, qui brasse les différents horizons du sol (10 % du volume en un an). Le hersage de surface est une pratique qui favorise les vers de terre.

4 - Le mode d’exploitation


Il influence aussi la présence d’espèces. Le pâturage est favorable au ray-grass anglais, au trèfle blanc, aux pâturins alors que le chiendent et le dactyle se plaisent davantage dans des prairies de fauche. La date de fauche, la nature de la récolte (foin, ensilage…) influence également la flore de la prairie en permettant ou non aux espèces de se reproduire.

Huit causes de dégradation des prairies

 

« Attention, met en garde Bruno Osson, certaines conditions peuvent dégrader la prairie et modifier sa flore. Le surpâturage et la fauche trop rase sont des causes courantes de dégradation. Elles favorisent des espèces comme le pissenlit et la pâquerette.
À l’inverse, le sous-pâturage, lors d’un pâturage trop haut par exemple ou de la constitution de stock sur pied, est favorable à des espèces comme la houlque laineuse. »
Le piétinement dans de mauvaises conditions est propice au développement de la renoncule. Parmi les autres causes de dégradations, citons l’absence de déprimage favorable au tallage, l’implantation d’une flore mal adaptée à l’objectif d’exploitation (par exemple, une espèce de pâturage qui va être fauchée), les accidents climatiques naturels (gel intense, sécheresse et inondation exceptionnelles…), la présence de prédateurs (taupes, sangliers, rongeurs…) et enfin certaines négligences de l’éleveur (rouler sur l’herbe gelée, épandre du fumier mal émietté, laisser les balles sur la prairie…).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière