Aller au contenu principal
Font Size

Joël Breton, directeur des achats chez Evialis
« DE NOUVELLES HAUSSES DE PRIX DE L'ALIMENT SONT À CRAINDRE »

Avec la flambée des prix des matières premières, le coût des aliments monte en flèche. Aucune accalmie ne semble se profiler à court terme.

Joël Breton, Evialis : "La situation ne pourra pas se rééquilibrer avant deux ans."
Joël Breton, Evialis : "La situation ne pourra pas se rééquilibrer avant deux ans."
© Evialis

Les prix des matières premières agricoles atteignent des sommets. Comment expliquez-vous l’ampleur de ce phénomène ?

Joël Breton - Depuis un an, le prix du blé et du maïs a augmenté de moitié, celui du tourteau de soja a augmenté de 30 % et le tourteau de colza affiche même une hausse plus importante (+ 35 %). Cette flambée des prix, inédite, provient de deux facteurs essentiels. Le premier s’inscrit dans un déséquilibre accru de l’offre et de la demande sur le marchés des produits agricoles. La demande mondiale en céréales est dopée par la croissance des pays émergents. De plus, certains pays, à l’instar de l’Inde, renforcent leurs stocks de sécurité, d’où une accélération de la demande. Or, en face, l’offre ne suit pas. Les stocks de céréales sont au plus bas, avec seulement deux mois de stocks d’avance au niveau mondial. En cause : de mauvaises récoltes sur les deux dernières campagnes en Europe et dans les pays de la Mer noire. Sans oublier les baisses de rendement en 2006 en Australie - gros pays exportateur de blé - suite à la sécheresse. Par ailleurs, le développement de la filière bioéthanol aux Etats-Unis contribue aussi à la hausse des prix. Celui du maïs d’une part, dont les cours sont dopés par l’éthanol, mais aussi celui du soja. Cette culture, désormais moins attractive pour les farmers américains, a vu ses surfaces reculer, entraînant une diminution du rapport stock/consommation. D’où la hausse du prix des matières protéiques.

N’y a-t-il pas non plus une part de spéculation ?

J. B. - Certes, les cotations des matières premières agricoles stratégiques se font en bourse avec une part croissante de spéculateurs non agricoles. Cela dit, si aujourd’hui la spéculation entretient une certaine tension des cours, elle n’en est certainement pas la cause première.

Les éleveurs s’inquiètent du renchérissement du prix de l’aliment. Les fabricants disposent-ils de marge de manoeuvre ?

J. B. - Jusqu’à la fin du second trimestre, les fabricants d’aliments n’avaient pas répercuté l’intégralité de la hausse de prix des matières premières de la précédente campagne, espérant une détente des prix. Or, la nouvelle campagne céréalière ne leur a pas donné raison. Aujourd’hui, devant l’ampleur et la durée de la hausse, ils n’ont plus d’autre choix que de répercuter ces augmentations sur le prix de l’aliment. C’est une question de survie économique ; le coût des matières premières constitue 75 % du prix de revient. La hausse des coûts de production doit absolument être répercutée jusqu’au consommateur final. Faute de quoi, c’est tout un pan industriel et l’activité des éleveurs qui se trouvera en danger.

Les prix sont-ils amenés à augmenter encore ?

J. B. - Nous nous trouvons face à un nouvel environnement économique, sans précédent. Tous les scénarios sont possibles. La hausse du prix de l’aliment bovin pourrait atteindre au final 80 euros la tonne en un an. Même si pour l’heure, les prévisions de récolte de blé dans l’hémisphère sud, principalement en Argentine et Australie, s’annoncent meilleures que l’an dernier. Le rétablissement de l’équilibre entre l’offre et la demande passera sans doute par la réduction de la consommation dans certaines zones du monde. Le blé va devenir un produit de luxe. Au niveau industriel, quelques adaptations (en termes de rendements, de substitutions entre matières premières…) sont aussi envisageables pour limiter la progression de la demande. Restent ensuite les inconnues liées à la prochaine campagne. Si les surfaces allouées aux céréales augmentent et si les conditions climatiques sont favorables, les stocks pourront se reconstituer, et la situation revenir à l’équilibre d’ici un à deux ans. ■

Joël Breton est en charge des achats de matières premières destinées à la nutrition
animale chez Evialis. La nouvelle entité regroupant Evialis et In Vivo fait partie des dix premiers groupes mondiaux de nutrition animale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière