Aller au contenu principal
Font Size

Inra de Tours
De nouveaux bâtiments dédiés à la recherche sur la fertilité

Le logement de cinquante Holsteins dans une nouvelle étable va permettre d´étudier les causes de la dégradation de la fertilité dans cette race.


L´Inra de Tours, à Nouzilly en Indre-et-Loire, a inauguré ses nouveaux bâtiments expérimentaux le 5 avril dernier.
Il y a six ans, un incendie avait notamment ravagé la stabulation des vaches laitières.
« Une nouvelle étable va héberger une cinquantaine de Prim´Holsteins, qui vont être utilisées dans notre programme de recherche consacré au problème de fertilité chez les vaches à haut potentiel laitier », souligne Danielle Monniaux, directrice de l´Unité mixte de recherche de physiologie de la reproduction et des comportements.

« Notre objectif est d´essayer de comprendre l´origine de la baisse de la fertilité constatée depuis une quinzaine d´années dans la population Holstein en Europe et aux États-Unis. Ce phénomène est à mettre vraisemblablement en relation avec la sélection sur la production laitière. »
Les nouvelles installations permettront de suivre les animaux individuellement afin de mesurer l´impact de la génétique et de l´environnement (alimentation, niveau de production.) sur la fertilité.
Ce programme devrait s´étaler sur cinq ans.
Une autre étable pourra accueillir une centaine de génisses, destinées à des programmes de recherche également dédiés à la fertilité femelle et visant à améliorer la production d´embryons.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière