Aller au contenu principal

De meilleures carrières avec des vêlages précoces

La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours de plus de 800 animaux a été passé à la loupe. Voici le bilan de l’impact de l’âge au vêlage sur les performances futures des animaux.

Un vêlage précoce, à 24 mois, ne nuit pas à la carrière de l’animal. Au contraire. Telle est l’une des conclusions suite aux vingt ans de travaux menés sur l’élevage des génisses laitières à la ferme expérimentale des Trinottières. Les animaux conduits en vêlage précoce (24 mois) produisent +1,9 kg de lait par jour de vie que ceux conduits en vêlage 33 mois. Et pour y parvenir, les génisses doivent atteindre un poids de 660 kg au premier vêlage.

Dès le sevrage, leur alimentation est adaptée pour obtenir des résultats en cohérence avec les repères de croissance pour un vêlage à 24 mois. Pour atteindre de bonnes croissances, du concentré est apporté à volonté durant la phase lactée avec de l’eau et du foin (ou de la paille). Après sevrage, cette complémentation est plafonnée à 3 kg/j jusqu’à 6 mois, toujours en apportant du foin fibreux à volonté et de l’eau. À 6 mois, les génisses en vêlage précoce parviennent à l’objectif des 200 kg. Elles pèsent 3 kg, soit 10 kg de plus que les génisses en vêlage tardif. Après 6 mois, attention à maintenir 1 kg de concentrés durant la première saison de pâturage.

Les génisses en vêlage très précoce (moins de 24 mois) ont quant à elles une croissance plus soutenue dès le sevrage afin d’être inséminées à un poids suffisant (394 kg en moyenne). Elles bénéficient de la même conduite en phase lactée que les autres génisses. En revanche, après sevrage, elles reçoivent 3,5 kg de concentrés par jour avec du foin fibreux et de l’eau. La conduite est ensuite identique. À 6 mois, elles pèsent 10 kg de plus que les génisses en vêlage précoce ; à 15 mois, l’écart est de 20 kg. À l’inverse, les génisses en vêlage tardif ont une croissance inférieure afin d’éviter un engraissement excessif à l’insémination puis au vêlage.

Seulement 300 kg de lait de moins en première lactation

Au premier vêlage, les animaux sont plus légers en vêlage précoce ou très précoce, mais ils rattrapent leur retard au 3e vêlage, tout en produisant autant de lait. En première lactation, la production laitière à 305 jours des animaux conduits en vêlage précoce et très précoce est équivalente. En revanche, elle est inférieure d’environ 300 kg à celle des primipares ayant vêlé à 33 mois. Corrigée du poids vif, la production laitière en première lactation est supérieure pour les animaux en vêlage précoce ou très précoce (14 kg contre 13 kg de lait/kg de poids vif). Plus que l’âge au vêlage, c’est le poids à ce stade qui semble influencer le plus la production de lait des primipares.

 

tableau age vêlage

Côté éco

Aux Trinottières, c’est -10 % de coût de production pour une génisse vêlant à 22 mois par rapport à une génisse vêlant à 33 mois.

Retrouvez aussi notre dossier : Le vêlage précoce, à la portée de tous

Retrouvez les fiches de l'Institut de l'élevage sur l’élevage des génisses en quatre questions

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Pierre Guillemine, du Gaec de la Bouhardière, dans l’Orne. « Élever les veaux dans un environnement sain - humidité et température - est selon moi le premier facteur de réussite. »
« La gestion pointue des petites génisses permet d’assurer de bonnes croissances »
Plan lacté poussé, passage précoce à l’alimentation solide, ambiance améliorée… Au Gaec de la Bouhardière, dans l’Orne, tout…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière