Aller au contenu principal

De meilleures carrières avec des vêlages précoces

La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours de plus de 800 animaux a été passé à la loupe. Voici le bilan de l’impact de l’âge au vêlage sur les performances futures des animaux.

Un vêlage précoce, à 24 mois, ne nuit pas à la carrière de l’animal. Au contraire. Telle est l’une des conclusions suite aux vingt ans de travaux menés sur l’élevage des génisses laitières à la ferme expérimentale des Trinottières. Les animaux conduits en vêlage précoce (24 mois) produisent +1,9 kg de lait par jour de vie que ceux conduits en vêlage 33 mois. Et pour y parvenir, les génisses doivent atteindre un poids de 660 kg au premier vêlage.

Dès le sevrage, leur alimentation est adaptée pour obtenir des résultats en cohérence avec les repères de croissance pour un vêlage à 24 mois. Pour atteindre de bonnes croissances, du concentré est apporté à volonté durant la phase lactée avec de l’eau et du foin (ou de la paille). Après sevrage, cette complémentation est plafonnée à 3 kg/j jusqu’à 6 mois, toujours en apportant du foin fibreux à volonté et de l’eau. À 6 mois, les génisses en vêlage précoce parviennent à l’objectif des 200 kg. Elles pèsent 3 kg, soit 10 kg de plus que les génisses en vêlage tardif. Après 6 mois, attention à maintenir 1 kg de concentrés durant la première saison de pâturage.

Les génisses en vêlage très précoce (moins de 24 mois) ont quant à elles une croissance plus soutenue dès le sevrage afin d’être inséminées à un poids suffisant (394 kg en moyenne). Elles bénéficient de la même conduite en phase lactée que les autres génisses. En revanche, après sevrage, elles reçoivent 3,5 kg de concentrés par jour avec du foin fibreux et de l’eau. La conduite est ensuite identique. À 6 mois, elles pèsent 10 kg de plus que les génisses en vêlage précoce ; à 15 mois, l’écart est de 20 kg. À l’inverse, les génisses en vêlage tardif ont une croissance inférieure afin d’éviter un engraissement excessif à l’insémination puis au vêlage.

Seulement 300 kg de lait de moins en première lactation

Au premier vêlage, les animaux sont plus légers en vêlage précoce ou très précoce, mais ils rattrapent leur retard au 3e vêlage, tout en produisant autant de lait. En première lactation, la production laitière à 305 jours des animaux conduits en vêlage précoce et très précoce est équivalente. En revanche, elle est inférieure d’environ 300 kg à celle des primipares ayant vêlé à 33 mois. Corrigée du poids vif, la production laitière en première lactation est supérieure pour les animaux en vêlage précoce ou très précoce (14 kg contre 13 kg de lait/kg de poids vif). Plus que l’âge au vêlage, c’est le poids à ce stade qui semble influencer le plus la production de lait des primipares.

 

Côté éco

Aux Trinottières, c’est -10 % de coût de production pour une génisse vêlant à 22 mois par rapport à une génisse vêlant à 33 mois.

Retrouvez aussi notre dossier : Le vêlage précoce, à la portée de tous

Retrouvez les fiches de l'Institut de l'élevage sur l’élevage des génisses en quatre questions

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Christophe Baudoin, 36 ans, et son frère Vincent, 40 ans, ne craignent pas d’essayer de nouvelles pratiques pour produire plus de lait et maîtriser les charges.
« Avec un seul robot, nous produisons 1 million de litres de lait »
Le Gaec des sapins, en Loire-Atlantique, produit 1 million de litres de lait avec 83 vaches et un seul robot tout en…
Jérôme Curt, éleveur à la ferme du trèfle.
Bâtiments pour bovins : « Notre stabulation se rapproche du plein air »

La Ferme du trèfle, dans l’Ain, a monté un bâtiment novateur axé sur le bien-être animal. Pad cooling, toiture en Bartic,…

Selon Cyril Bapelle, vétérinaire nutritionniste (à gauche), « il faut réfléchir la gestion des mycotoxines en particules ingérées par vache et par jour ».
Mycotoxines : « Nous avons perdu 4 litres de lait par vache »

Dans la Manche, Romain Boudet, installé en individuel, a vu ses résultats techniques chuter après l’ouverture du silo de maïs…

Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Robot de traite : quel gain de production laitière lors du passage de la salle de traite au robot ?

Le passage de la salle de traite au robot de traite s’accompagne d’un gain de production par vache laitière. À paramètres…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière