Aller au contenu principal

De l'eau de qualité au meilleur prix

Utiliser de l’eau de bonne qualité microbiologique et physico-chimique est un gage de performance pour les animaux, de durabilité pour le matériel... Attention aux vraies fausses économies dans le choix des sources d'approvisionnement.

© L. Vimond

Utiliser de l’eau de qualité au sens large du terme (microbiologique, physico-chimique…) est nécessaire à plus d’un titre. C’est mieux pour la santé et la performance des animaux, même si les bovins sont moins sensibles que les monogastriques à la présence de germes… À titre indicatif, une vache consomme entre 80 et 120 litres d’eau par jour, voire beaucoup plus dans des conditions extrêmes.

Une eau de qualité, c’est aussi un gage de longévité pour les équipements de traite, les canalisations, les pompes, les forages… Gare aux excès de fer, de calcaire… C’est aussi une obligation réglementaire dès que l’eau entre en contact direct ou indirect (lavage du matériel de traite, transformation à la ferme…) avec un produit alimentaire comme le lait. L’eau utilisée doit être « propre à la consommation humaine ». Pour l’eau d’abreuvement des animaux, la réglementation européenne est plus vague. Elle impose d’utiliser de l’eau « de qualité adéquate », c’est-à-dire visuellement propre, sans excréments… mais « sans préciser de normes bactériologiques », souligne Loïc Fulbert, du GDS de la Mayenne.

Une vache peut consommer entre 80 et 120 litres d’eau par jour, voire davantage

La solution la plus sûre pour garantir une eau de qualité, c’est le raccordement au réseau. Mais cela n’est pas toujours possible ou peut s’avérer onéreux. Avec une consommation de 3 000 ou 4 000 m3 d’eau pour un troupeau laitier de 50 à 60 vaches, à raison de deux euros par mètre cube, ça fait une belle facture à la fin de l’année. Le forage, le puits… fournissent des alternatives ou un complément intéressant à l’eau du réseau dans certaines conditions présentées dans ce dossier. Mais avant de se lancer dans un nouvel investissement, mieux vaut prendre sa calculette. Surtout lorsqu’il est nécessaire d’investir en plus dans des systèmes de chloration, de déferrisation… pour corriger la qualité de l’eau.

Pour les captages privés, la réglementation impose « une déclaration à la mairie de votre commune », prévient Alcime Leguénnic, de l’Agence régionale de santé des Pays-de-la-Loire. Et « au-delà de 200000 mètres cubes par an, une autorisation préfectorale est requise ». Cela peut être le cas lorsqu’on irrigue. Cette autorisation est également requise « pour les captages privés (forage…) dont l’eau est destinée à un atelier de transformation à la ferme… ». Le captage doit toujours être réalisé à « une distance minimale de 35 mètres de toute source de pollutions potentielles ». ■

SOMMAIRE

Page 31 : Pourquoi fournir une eau de qualité à ses animaux ?

Page 34 : A l'EARL des beaux chênes, en Mayenne : "Grâce au forage, nous avons de l'eau de qualité à moindre coût"

Page 36 : Réseau, puits, rivières, pluie... Les atouts et limites des différentes ressources en eau

Page 38 : Au Gaec Lacomblez, dans le Nord : "Nous chlorons notre eau pour lutter contre les contaminations bactériennes"

Page 42 : Protégez vos installations des excès de fer et de calcaire. Des traitements physico-chimiques existent.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière