Aller au contenu principal

Irlande
De gros investissements pour la transformation

Le gouvernement irlandais vient de dégager une enveloppe de 100 millions d´euros pour financer des projets porteurs d´avenir.


« Nous avons en Irlande un besoin énorme de rationnaliser la transformation ; c´est un sujet qui nous préocuppe beaucoup », a expliqué Catherine Lescurettes, secrétaire de l´Irish Farmers association, en rappelant qu´en Irlande, l´industrie (coopérative) est confrontée à un gros problème de saisonnalité de la production(1) et que 80 % du lait est exporté surtout sous forme de produits industriels. « Le gouvernement irlandais vient de dégager une enveloppe de 100 millions d´euros pour financer des projets porteurs d´avenir. Fin avril, 17 projets impliquant 13 entreprises et représentant 290 millions d´euros d´investissements ont été annoncés. »
Selon Catherine Lescurettes, une étude est en cours pour estimer l´impact des scénarios qui pourraient émerger du bilan de santé de la PAC sur les producteurs irlandais. ©A. Conté

Une position non finalisée
« La question la plus importante pour les éleveurs irlandais est de savoir à quel prix ils pourront vendre leur lait sur la période 2008-2015 et après l´abolition des quotas », a par ailleurs insisté la représentante irlandaise. D´après les prévisions du Fapri(2), il ne devrait rester en Irlande que 10 000 des 22 000 producteurs actuels en 2015 dans l´hypothèse d´une suppression des restitutions à l´exportation et d´une forte baisse du prix du lait (22 c). « Nous n´avons pas encore finalisé notre position. Nous avons demandé à Fapri et Teagas d´estimer l´impact des différents scénarios qui pourraient émerger du bilan de santé de la PAC sur les producteurs irlandais. Ils vont avoir besoin de prix viables. Ils auront besoin de soutien des marchés au moins jusqu´à la fin du régime des quotas. »
En Irlande, les possibilités de réduire les coûts de production sont limitées, celles d´acquérir du foncier (de 40 000 à 60 000 euros par hectare sans quota !) aussi. Et les producteurs irlandais sont en train de s´endetter dans des investissements environnementaux.

(1) Sept fois plus de lait en mai et juin qu´en juillet !
(2) Institut de recherches de renommée internationale.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière