Aller au contenu principal
Font Size

Irlande
De gros investissements pour la transformation

Le gouvernement irlandais vient de dégager une enveloppe de 100 millions d´euros pour financer des projets porteurs d´avenir.


« Nous avons en Irlande un besoin énorme de rationnaliser la transformation ; c´est un sujet qui nous préocuppe beaucoup », a expliqué Catherine Lescurettes, secrétaire de l´Irish Farmers association, en rappelant qu´en Irlande, l´industrie (coopérative) est confrontée à un gros problème de saisonnalité de la production(1) et que 80 % du lait est exporté surtout sous forme de produits industriels. « Le gouvernement irlandais vient de dégager une enveloppe de 100 millions d´euros pour financer des projets porteurs d´avenir. Fin avril, 17 projets impliquant 13 entreprises et représentant 290 millions d´euros d´investissements ont été annoncés. »
Selon Catherine Lescurettes, une étude est en cours pour estimer l´impact des scénarios qui pourraient émerger du bilan de santé de la PAC sur les producteurs irlandais. ©A. Conté

Une position non finalisée
« La question la plus importante pour les éleveurs irlandais est de savoir à quel prix ils pourront vendre leur lait sur la période 2008-2015 et après l´abolition des quotas », a par ailleurs insisté la représentante irlandaise. D´après les prévisions du Fapri(2), il ne devrait rester en Irlande que 10 000 des 22 000 producteurs actuels en 2015 dans l´hypothèse d´une suppression des restitutions à l´exportation et d´une forte baisse du prix du lait (22 c). « Nous n´avons pas encore finalisé notre position. Nous avons demandé à Fapri et Teagas d´estimer l´impact des différents scénarios qui pourraient émerger du bilan de santé de la PAC sur les producteurs irlandais. Ils vont avoir besoin de prix viables. Ils auront besoin de soutien des marchés au moins jusqu´à la fin du régime des quotas. »
En Irlande, les possibilités de réduire les coûts de production sont limitées, celles d´acquérir du foncier (de 40 000 à 60 000 euros par hectare sans quota !) aussi. Et les producteurs irlandais sont en train de s´endetter dans des investissements environnementaux.

(1) Sept fois plus de lait en mai et juin qu´en juillet !
(2) Institut de recherches de renommée internationale.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière