Aller au contenu principal

De belles perspectives pour Vercors Lait

La coopérative iséroise lance un important projet de développement de son activité de transformation. Au bord de la cessation de paiement en 2007, elle rassemble désormais 35 exploitations, dont 11 bio, et a collecté 5,7 millions de litres de lait (1). Les trois quarts du lait collecté sont actuellement transformés en fromages dont le bleu du Vercors-Sassenage (310 t). « Notre participation au Shira (2) à Lyon en janvier a confirmé la dynamique de la demande dans les fromages que nous fabriquons et en lait bio, se réjouit Paul Faure, son président. Nous avons lancé le lait du Vercors UHT demi-écrémé en brique en 2017. Notre objectif à terme est de transformer 100 % du lait collecté. »

Un investissement de 3,2 millions d’euros

Les collectivités locales soutiennent le projet. La communauté de communes du massif du Vercors va investir 3,2 millions avec une aide publique de 40 % dans les locaux de transformation (construction de 1 000 m 2 de cave d’affinage et réorganisation de l’existant) qui lui appartiennent depuis 2008. Les 60 % restants seront payés sous forme d’un loyer par Vercors Lait. En 2016, le lait a été payé en moyenne 365 €/1 000 l en conventionnel (385 €/1 000 l en 2015) et 438 €/1 000 l pour le bio (452 €/1 000 l en 2015). Pour 2017, la coopérative table sur un prix toutes primes comprises mais hors ristourne de 345 € en conventionnel et 430 € en bio. « Notre but est d’arriver à un différentiel de 100 €/1 000 l entre le bio et le conventionnel d’ici quatre à 5cinq ans. »

(1) Lire Réussir Lait n° 306, pages 86 et 87.(2) Salon de l’hôtellerie et de la restauration.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière