Aller au contenu principal

Maintien de l´activité
Dans l´Ouest, dix propositions pour une filière dynamique

Un rapport sur la filière laitière de la Basse-Normandie, Bretagne et Pays de la Loire, propose un plan d´actions pour soutenir l´emploi dans la filière.


Comment maintenir le plus grand nombre possible d´exploitations et d´actifs dans la filière laitière de l´Ouest ? Les conseils économiques et sociaux de Basse-Normandie, Bretagne et Pays de la Loire ont répondu dans un rapport présenté aux conseils généraux des trois régions. Dix propositions ont été formulées, comme « assurer des conditions favorables à l´installation des jeunes et à la transmission des exploitations laitières » ou « conforter l´attractivité du métier d´éleveur laitier dans l´Ouest », en soutenant les actions d´amélioration des conditions de travail et en encourageant l´externalisation des tâches, le remplacement ou le salariat partagé. Les CESR estiment aussi que les systèmes herbagers doivent être soutenus, grâce à la recherche, à l´aménagement d´un parcellaire adapté avec des surfaces pâturables à proximité de la stabulation, à la réintégration des exploitations exclues de la PHAE en 2003.
Pour la régionalisation des aides
Pour l´aval, les CESR proposent entre autres que les efforts de recherche soient mutualisés ; « d´accompagner le mouvement déjà engagé dans l´Ouest d´une gestion commune de la collecte laitière » ; et que les régions s´impliquent pour « favoriser la prospection commerciale pour développer l´exportation de produits laitiers à haute valeur ajoutée ». Les trois régions défendent en outre « la régionalisation des aides PAC pour sécuriser le potentiel laitier et permettre le maintien de la diversité des modes de production. Si l´État confiait aux régions la gestion des aides, nous pourrions défendre plus efficacement la filière et ses nombreux emplois. » La filière compte environ 42 000 UTA chefs d´exploitation et co-exploitants en système spécialisé lait, 3350 UTA salariées dans les exploitations spécialisées lait, y compris ETA et Cuma, 20 000 salariés pour la collecte et la transformation, 2000 administratifs des entreprises laitières, des chercheurs. on arrive à près de 70 000 emplois directs (chiffres 2003).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière