Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Statut des exploitations
Dans les Côtes-d´Armor, le Gaec partiel laitier ravive les réflexions

Les Côtes-d´Armor ont sorti leur arrêté sur les Gaec partiels laitiers sans foncier (GPL). Cette nouveauté suscite l´intérêt et pose question.


Les Côtes-d´Armor ont sorti leur arrêté préfectoral précisant les conditions d´agrément concernant la distance entre exploitations, la surface minimum de fourrage et l´importance de la deuxième activité.
- Si la distance entre exploitations dépasse 15 km, l´agrément est refusé. Si elle est comprise entre 10 et 15 km et que les conditions de circulation permettent le travail en commun, la condition peut être remplie. Avec moins de 10 km, c´est bon. Le critère est le même que pour les Gaec totaux.
- La règle est d´au moins un hectare de cultures fourragères pour 10 000 litres de référence. Cette condition pourrait empêcher la création de GPL (Gaec partiel laitier sans foncier) avec des exploitations hors sol. « Mais si un éleveur a 200 000 litres de quota et 15 hectares, et qu´il peut prouver que ces 15 hectares fournissent le fourrage nécessaire pour produire sa référence, le GPL pourrait être accepté, si toutes les autres conditions sont bien remplies », estime Christophe Rondel, du service juridique de la Chambre d´agriculture des Côtes-d´Armor.

- La deuxième activité de chaque associé doit représenter au moins 20 % du projet agricole départemental(1). « Un éleveur qui a 250 000 litres de quota et 30 hectares, doit accorder 25 hectares aux fourrages. Les 5 hectares de terres restants ne sont pas suffisants si l´éleveur n´a pas un autre atelier. Dans ce cas là, il faut au minimum 20 hectares pour justifier d´une autre activité », précise Christophe Rondel.

Les obstacles à la constitution
Selon ce conseiller, les éleveurs intéressés par le GPL ont leur mise aux normes à faire et cherchent de meilleures conditions de travail, sans vouloir faire un Gaec total. « Le premier obstacle est représenté par les conditions d´agrément, le second est le prélèvement en cas d´échec du GPL. Par conséquent, même si beaucoup aimeraient regrouper leurs activités laitières, peu vont jusqu´au bout. Ils se rendent compte que d´autres formes de regroupement peuvent mieux leur convenir. Le GPL amène donc la réflexion sur l´organisation du travail, ce qui est positif ». Christophe Rondel fait également remarquer que la gestion de l´environnement en GPL pose question : « Comment va-t-on faire les plans d´épandage ? Comment les dossiers seront-ils traités : de façon individuelle ou collective ? »


(1) Le projet agricole départemental donne les équivalences entre productions, en terme de revenu et de moyens de production.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Anthony, Christian et Evelyne Ripoche. « Cette technique nous a bluffés. Désormais, à tout moment de la journée, les vaches accèdent exactement à la même composition de ration. » © DR
« Nos vaches ne trient plus grâce au compact feeding »
Le Gaec Ripoche, dans le Maine-et-Loire, ajoute de l’eau à la ration pour obtenir un mélange condensé et homogène. Tel le…
Alain Piet. « Le simple fait d’ajouter de l’eau dans la ration a boosté la production laitière. » © E. Bignon
Compact feeding : "Je ne reviendrai pas en arrière"
Le Gaec du Puits, dans le Maine-et-Loire, converti au compact feeding depuis un an et demi, prépare sa ration en…
Loren Duhameau. « Pour faire ce métier, il faut vraiment être mordu. Il y a des jours où j’ai envie de tout arrêter. Mais tant que j’ai du soutien, ça va. » © J. Pertriaux
« Les femmes ont autant leur place que les hommes ! »
À Caligny dans l’Orne, Loren Duhameau s’est installée en individuel à 25 ans. Une installation précipitée par des circonstances…
Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse. © C. Armager
Bâtiment d’élevage : « La pailleuse suspendue améliore nos conditions de travail »
À la tête d'un troupeau de 85 laitières, les associés du Gaec Amarger, dans le Cantal, ont investi dans une pailleuse suspendue…
Michel Nalet, directeur général relations externes et communication du Groupe Lactalis
Lactalis : "La crise liée au Covid-19 nous fait craindre une baisse de la valorisation du lait à moyen terme"
Michel Nalet, du groupe Lactalis, craint l'effet du gonflement des stocks de poudre, beurre et fromage. Et l'…
L'élevage de 380 vaches de Henning Münster,  380 vaches dans le Schleswig-Holstein. © Élevage Münster
Allemagne : prix du lait à 280 à 300 €/1 000 l dès mai ?
Avril n’est que le début de la crise. En Allemagne, les perspectives de prix du lait à six mois ne sont guère enthousiasmantes.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière