Aller au contenu principal

Dans la Vienne, n système original d’achat groupé de carburant

Le cercle Agri-échanges 86 s’engage auprès d’un seul fournisseur sur un volume annuel de commandes de carburant. Chaque jour, une cotation à un tarif « groupe » est proposée aux 360 exploitations adhérant au groupement.

Près de 4 millions de litres de carburant sont commandés chaque année par l’intermédiaire du cercle Agri-échanges 86. Le volume fait la force du groupement.
Près de 4 millions de litres de carburant sont commandés chaque année par l’intermédiaire du cercle Agri-échanges 86. Le volume fait la force du groupement.
© S. Leitenberger

Economiser sur le fuel et le GNR, c’est possible grâce aux achats groupés de carburant. Mais pourquoi se limiter à des opérations ponctuelles ? Telle est la question que se sont posée les adhérents au cercle Agri-échanges 86, dans la Vienne, il y a une dizaine d’années. « À la fin des années 1990, le cercle d’échanges organisait deux à trois commandes groupées de carburant par an, raconte Yannis Surry, animateur de la structure. L’action reposait sur un appel d’offre avec mise en concurrence des distributeurs de fioul du département. Ce système marchait, mais il ne correspondait pas aux besoins des adhérents. Tout le monde n’avait pas forcément besoin de passer commande au même moment. Finalement, ce mode de fonctionnement demandait beaucoup de temps et d’énergie mais manquait de souplesse, et l’économie générée n’était pas toujours significative. »
Depuis 2002, le cercle mise sur une nouvelle organisation permettant d’obtenir des tarifs négociés tout au long de l’année. « Nous ne travaillons plus qu’avec un seul fournisseur, avec lequel nous engageons une négociation annuelle sur un volume de commandes de carburants effectuées via le cercle (4 millions de litres par an). Et en contrepartie, le fournisseur nous propose des cotations quotidiennes à un tarif groupe. »

 

Plus de souplesse dans le passage des commandes

 

Concrètement, les adhérents ont désormais la possibilité de commander quand ils le souhaitent. Chaque jour, en appelant le cercle entre 11 h 30 et 12h, ils peuvent s’informer de la cotation « groupe » du moment, indexée sur l’arrivée du baril à Rotterdam, et commander le volume souhaité. Trois types de carburants sont proposés (GNR qualité supérieure, fioul ordinaire et fioul premier). La livraison est garantie sous 24 heures au prix préférentiel. « Nous jouons le rôle de preneur d’ordres et le fournisseur assure toute la logistique en incluant les commandes des adhérents dans la tournée de ses autres clients », précise Yannis Surry.
Au fil des années, les négociations annuelles ont apporté de nouveaux avantages aux adhérents du cercle d’échanges. Une ristourne leur est reversée en fin d’année en fonction des volumes commandés. Son montant s’élève en moyenne à 50-60 € par an ; il est déduit du montant de la cotisation (185 €/an).
En dix ans, la quantité de carburants distribuée par l’intermédiaire d’Agri-échanges dépasse les 30 millions de litres, et 360 adhérents bénéficient aujourd’hui de ce service. « L’économie pour les exploitants varie en fonction des périodes et des différentes qualités de carburant. Elle oscille entre 10 et 80 €/t et s’élève en moyenne à 50 €/t. »
Cette organisation atypique de commandes groupées fonctionne car le groupement est dynamique et qu’une relation gagnant-gagnant s’est établie avec le fournisseur, le cercle lui assurant un marché conséquent sans nécessiter de démarchage commercial.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière