Aller au contenu principal

Dans la Vienne, n système original d’achat groupé de carburant

Le cercle Agri-échanges 86 s’engage auprès d’un seul fournisseur sur un volume annuel de commandes de carburant. Chaque jour, une cotation à un tarif « groupe » est proposée aux 360 exploitations adhérant au groupement.

Près de 4 millions de litres de carburant sont commandés chaque année par l’intermédiaire du cercle Agri-échanges 86. Le volume fait la force du groupement.
Près de 4 millions de litres de carburant sont commandés chaque année par l’intermédiaire du cercle Agri-échanges 86. Le volume fait la force du groupement.
© S. Leitenberger

Economiser sur le fuel et le GNR, c’est possible grâce aux achats groupés de carburant. Mais pourquoi se limiter à des opérations ponctuelles ? Telle est la question que se sont posée les adhérents au cercle Agri-échanges 86, dans la Vienne, il y a une dizaine d’années. « À la fin des années 1990, le cercle d’échanges organisait deux à trois commandes groupées de carburant par an, raconte Yannis Surry, animateur de la structure. L’action reposait sur un appel d’offre avec mise en concurrence des distributeurs de fioul du département. Ce système marchait, mais il ne correspondait pas aux besoins des adhérents. Tout le monde n’avait pas forcément besoin de passer commande au même moment. Finalement, ce mode de fonctionnement demandait beaucoup de temps et d’énergie mais manquait de souplesse, et l’économie générée n’était pas toujours significative. »
Depuis 2002, le cercle mise sur une nouvelle organisation permettant d’obtenir des tarifs négociés tout au long de l’année. « Nous ne travaillons plus qu’avec un seul fournisseur, avec lequel nous engageons une négociation annuelle sur un volume de commandes de carburants effectuées via le cercle (4 millions de litres par an). Et en contrepartie, le fournisseur nous propose des cotations quotidiennes à un tarif groupe. »

 

Plus de souplesse dans le passage des commandes

 

Concrètement, les adhérents ont désormais la possibilité de commander quand ils le souhaitent. Chaque jour, en appelant le cercle entre 11 h 30 et 12h, ils peuvent s’informer de la cotation « groupe » du moment, indexée sur l’arrivée du baril à Rotterdam, et commander le volume souhaité. Trois types de carburants sont proposés (GNR qualité supérieure, fioul ordinaire et fioul premier). La livraison est garantie sous 24 heures au prix préférentiel. « Nous jouons le rôle de preneur d’ordres et le fournisseur assure toute la logistique en incluant les commandes des adhérents dans la tournée de ses autres clients », précise Yannis Surry.
Au fil des années, les négociations annuelles ont apporté de nouveaux avantages aux adhérents du cercle d’échanges. Une ristourne leur est reversée en fin d’année en fonction des volumes commandés. Son montant s’élève en moyenne à 50-60 € par an ; il est déduit du montant de la cotisation (185 €/an).
En dix ans, la quantité de carburants distribuée par l’intermédiaire d’Agri-échanges dépasse les 30 millions de litres, et 360 adhérents bénéficient aujourd’hui de ce service. « L’économie pour les exploitants varie en fonction des périodes et des différentes qualités de carburant. Elle oscille entre 10 et 80 €/t et s’élève en moyenne à 50 €/t. »
Cette organisation atypique de commandes groupées fonctionne car le groupement est dynamique et qu’une relation gagnant-gagnant s’est établie avec le fournisseur, le cercle lui assurant un marché conséquent sans nécessiter de démarchage commercial.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière