Aller au contenu principal
Font Size

Alimentation des bovins
Dans la Mayenne, de l´huile et du tourteau faits maison

Produire son concentré azoté et son carburant à la ferme, c´est possible. Dominique Bordeau a fait ce choix et utilise une presse à froid achetée en cuma.


Autonomie alimentaire et respect de l´environnement : telles sont les deux motivations qui ont conduit Dominique et Béatrice Bordeau, éleveurs laitiers en Mayenne, à presser du colza à la ferme. Ils font d´une pierre deux coups en récupérant à la fois du tourteau, qu´ils distribuent aux laitières, et de l´huile, qui sert à alimenter les réservoirs des tracteurs.
« L´exploitation devient ainsi moins dépendante vis-à-vis de l´extérieur, précise l´exploitante en souriant. Même si notre objectif premier n´est pas la réduction des coûts, nous espérons toutefois économiser environ 3 000 litres de fuel et dix tonnes de tourteaux chaque année. »
En service depuis novembre dernier, la presse affiche un débit de 10 à 12 litres d´huile par heure. Un kilo de graines fournit environ 300 g d´huile et 700 g de tourteau. Les exploitants ont acheté du colza auprès de la coopérative en attendant de moissonner leur propre récolte.
©E. Bignon

Un tourteau à 20 % de matière grasse
« Avec des rendements de 30 à 35 quintaux, quatre hectares devraient suffir à satisfaire les besoins du troupeau, estime Dominique. Les graines doivent répondre à des critères de qualité précis : moins de 7 % d´humidité et 2 % d´impuretés maximum. »
Des conditions sine qua non pour assurer la réussite de la trituration et de l´utilisation de l´huile comme carburant.
Le fonctionnement de la presse en lui-même est très simple. Les graines stockées dans un ancien silo à aliment sont acheminées par une vis d´alimentation dans le corps de presse. Le tourteau sort en bout de chaîne tandis que l´huile est récupérée dans un tank à lait d´occasion (2500 l) qui fait office de bac de décantation. « Le système mis en place mériterait encore d´être amélioré, reconnaît l´éleveur. Le tourteau tombe à même le sol, ce qui m´oblige à le ramasser à la pelle. L´idéal serait que les bouchons parviennent directement dans des big bags où ils sont stockés jusqu´à leur utilisation. »

La presse fonctionne en continu pendant 48 heures. « Elle s´avère vraiment facile à utiliser et à transporter de ferme en ferme », apprécie Dominique.
La cuma a investi environ 7600 euros (50 000 francs) dans cette presse Täby d´origine suédoise en plus d´une pompe électrique filtrante. Il est facturé aux éleveurs un euro de l´heure. Pour l´instant, quatre agriculteurs de la cuma seulement pressent du colza, mais le groupe d´utilisateurs pourrait s´élargir si les résultats sont probants.
Au niveau du troupeau, les éleveurs disposent de peu de recul. L´analyse du tourteau a révélé une teneur en matière grasse élevée (20 %), ce qui limite son utilisation à 2 kg par vache et par jour, pour une valeur énergétique de 1,02 UFL et 190 en PDI. Cet hiver, les quarante vaches Normandes à 6500 litres de moyenne ont reçu une ration complète à base de 10 kg MS d´ensilage d´herbe, 3 kg MS de maïs ensilage, 2 kg MS de foin de fétuque et 2 kg MS de triticale. L´apport azoté s´est limité à 2 kg de tourteau de colza fermier.

« Les premiers résultats observés semblent satisfaisants, note Béatrice. Par rapport à l´an dernier, la production laitière et le TP sont restés stables. Par contre, le taux butyreux a pris deux points supplémentaires et l´état général des vaches s´est amélioré. »
« Dans notre système peu intensif basé sur l´ensilage d´herbe, le tourteau produit sur la ferme nous permet d´être autosuffisants en protéines. Mais cela ne serait pas possible avec un système maïs, demandant plus de protéines », conclut Dominique.

Une fois décantée 72 heures durant et filtrée à 10 microns, l´huile est utilisée dans deux tracteurs de 60 et 100 ch. Chacun d´eux dispose de deux arrivées de carburant séparées, l´une au fuel, l´autre à l´huile. Ils démarrent au fuel, stocké dans un petit réservoir additionnel, avant de basculer sur l´alimentation du réservoir principal rempli d´huile.
Le premier tracteur est équipé d´un kit de bicarburation Täby (1100 euros environ), qui permet de préchauffer l´huile avant sa combustion dans le moteur. Le basculement du fuel vers l´huile s´effectue alors automatiquement dès que l´huile atteint 65 ºC. « Par rapport au fuel, le tracteur perd environ 10 % de sa puissance », estime l´exploitant.
©E. Bignon

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière