Aller au contenu principal

Néomortalité des veaux
Dans la Creuse, le plan « diarrhées » analyse les risques

Le GDS et le GTV du département proposent un plan de lutte et de prévention des diarrhées des veaux, inspiré de la méthode HACCP.


« Au-delà de 5 % de mortalité (entre trois jours et trois mois) et 15 % de morbidité (veaux malades avant trois mois), il est nécessaire d´agir », indique Didier Guérin, directeur du GDS de la Creuse. Depuis quatre ans, le Groupement de défense sanitaire et le Groupement technique vétérinaire de la Creuse ont mis en place un plan de lutte et de prévention contre les diarrhées néonatales. « Si la démarche s´applique sur le département en élevage allaitant, elle s´avère tout à fait transposable en élevage laitier. »
Le plan « diarrhées » se construit en fonction de résultats d´analyses, mais en intégrant aussi l´étude des facteurs de risque de l´élevage.
Dès l´apparition des premiers signes cliniques, les agents pathogènes sont recherchés dans les fèces. Cet examen est réalisé sur trois veaux présentant des caractéristiques équivalentes, avec recherche des bactéries, virus et parasites.

Analyser les dangers
Pour connaître le niveau de défense du veau, un contrôle du transfert immunitaire (prises de sang sur cinq veaux) permet de vérifier la qualité et la quantité du colostrum ingéré. Enfin, le statut en oligo-éléments du cheptel est aussi approché par un examen sur 10 % de vaches (avec un minimum de cinq), entre cinq et huit mois de gestation.
Dernière étape : la démarche diagnostic de troupeau, à travers une visite d´élevage. Celle-ci se fonde sur la méthode HACCP (analyse des dangers et points critiques de maîtrise), une procédure devenue très courante dans l´industrie agroalimentaire. Appliquée à l´échelle de l´élevage, elle détaille un à un les différents points faibles et étudie les possibilités de correction. L´alimentation, le logement, la gestion du troupeau, la relation mère-veau sont successivement passés au crible.

Au terme de ce diagnostic, un plan de lutte et de prévention est élaboré. Il nécessite la pleine acceptation de l´éleveur. « D´où le besoin d´explication et d´obtention de l´accord de celui-ci pour chaque mesure préconisée. De même pour chaque élément défavorable non corrigé, l´éleveur est informé du risque encouru. » Il peut être complété par un plan vaccinal, défini en fonction du diagnostic microbien.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière