Aller au contenu principal

Néomortalité des veaux
Dans la Creuse, le plan « diarrhées » analyse les risques

Le GDS et le GTV du département proposent un plan de lutte et de prévention des diarrhées des veaux, inspiré de la méthode HACCP.


« Au-delà de 5 % de mortalité (entre trois jours et trois mois) et 15 % de morbidité (veaux malades avant trois mois), il est nécessaire d´agir », indique Didier Guérin, directeur du GDS de la Creuse. Depuis quatre ans, le Groupement de défense sanitaire et le Groupement technique vétérinaire de la Creuse ont mis en place un plan de lutte et de prévention contre les diarrhées néonatales. « Si la démarche s´applique sur le département en élevage allaitant, elle s´avère tout à fait transposable en élevage laitier. »
Le plan « diarrhées » se construit en fonction de résultats d´analyses, mais en intégrant aussi l´étude des facteurs de risque de l´élevage.
Dès l´apparition des premiers signes cliniques, les agents pathogènes sont recherchés dans les fèces. Cet examen est réalisé sur trois veaux présentant des caractéristiques équivalentes, avec recherche des bactéries, virus et parasites.

Analyser les dangers
Pour connaître le niveau de défense du veau, un contrôle du transfert immunitaire (prises de sang sur cinq veaux) permet de vérifier la qualité et la quantité du colostrum ingéré. Enfin, le statut en oligo-éléments du cheptel est aussi approché par un examen sur 10 % de vaches (avec un minimum de cinq), entre cinq et huit mois de gestation.
Dernière étape : la démarche diagnostic de troupeau, à travers une visite d´élevage. Celle-ci se fonde sur la méthode HACCP (analyse des dangers et points critiques de maîtrise), une procédure devenue très courante dans l´industrie agroalimentaire. Appliquée à l´échelle de l´élevage, elle détaille un à un les différents points faibles et étudie les possibilités de correction. L´alimentation, le logement, la gestion du troupeau, la relation mère-veau sont successivement passés au crible.

Au terme de ce diagnostic, un plan de lutte et de prévention est élaboré. Il nécessite la pleine acceptation de l´éleveur. « D´où le besoin d´explication et d´obtention de l´accord de celui-ci pour chaque mesure préconisée. De même pour chaque élément défavorable non corrigé, l´éleveur est informé du risque encouru. » Il peut être complété par un plan vaccinal, défini en fonction du diagnostic microbien.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière